Un juge révolutionnaire dans le monde judiciaire au Québec

Remplacer le juge par un site internet?

On regle

C’est, ce qu’offre Alexandre Désy, un avocat ayant réfléchi sur l’analyse économique du droit au Québec. Pour lui, le droit d’accès à la justice coûte un investissement de taille. Outre cette difficulté, l’inconfort émotionnel des justiciables devant la cour, fait que selon l’avocat, le système actuel d’accès à la justice mériterait qu’on agisse. Permettre une justice, en surmontant ces difficultés à travers une alternative qui passe par un site internet accessible à tous, est le défi relevé. À travers son site OnRègle.com, l’avocat-entrepreneur entend offrir des options de règlements de litiges très simples à plus de 77% de québécois qui ne veulent plus passer par le système judiciaire québécois. Quant au mode de règlement de litiges, il est souple et moins complexe que le système judiciaire classique. Basé entièrement sur une entente entre les personnes en litige, le système OnRègle.com rend des décisions sur des affaires non encore présentées devant la cour, selon les moyens financiers dont disposent les parties, pour une redevance de 2.5% du montant de l’amiable .

source : LesAffaires

Hausse du salaire minimum au Québec : 10,75$ de l’heure

Une nouvelle importante pour le monde des travailleurs à été annoncée cette semaine au Québec. En, effet une augmentation du salaire minimum à été votée et il passera désormais à 10,75$ de l’heure.

20632897923_33a4752bbd_z

Pour les emplois à pourboires l’augmentation passera de 9,05$ à 9,20$ de l’heure. Sam Hamad, le ministre du travail voit à travers cette décision une façon de protéger le pouvoir d’achat des travailleurs qui perçoivent peu de revenus.

Mis en place le 1er mai 2016 cette décision est contestée par la fédération Canadienne de l’entreprise indépendante qui pointe le risque d’un sentiment d’inégalité des travailleurs qui gagnent plus que le salaire minimum. Ce sont en moyenne 260 000 personnes qui seront concernées par ce changement le premier Mai prochain, jour de la fête des travailleurs. Changement qui selon Sam Hamad devrait également permettre aux employeurs de payer leurs employés sans problèmes.

«Les travailleurs payés au salaire minimum sont généralement ceux qui ont le moins d’expérience ou d’ancienneté dans l’entreprise. Ainsi, si leur salaire augmente de 1,9 %, les travailleurs plus expérimentés ou plus qualifiés vont s’attendre à obtenir une hausse bien supérieure. Malheureusement, les PME n’ont souvent pas les moyens d’octroyer de telles augmentations», a mentionné Mme Hébert [source: tvanouvelles].

Reste alors à savoir si cette décision ne creuse pas un sentiment d’inégalités dans la population active.

En comparaison voici les taux de salaires minimums dans les autres provinces du Canada :

Alberta : 10,20$ depuis le 1er septembre 2014
Colombie-Britannique : 10,45$ depuis le 15 septembre 2015
Île-du-Prince-Édouard : 10,50$ depuis le 1er juillet 2015
Manitoba : 10,70$ depuis le 1er octobre 2014
Nouveau-Brunswick : 10,30$ depuis le 31 decembre 2014
Nouvelle-Écosse : 10,60$ depuis le 1er avril 2015
Nunavut : 11,00$ depuis le 1er janvier 2011
(Québec : 10,55$ depuis le 1er mai 2015 et bientôt 10,75$)
Ontario : 11,00$ depuis le 1er juin 2014
Saskatchewan : 10,20$ depuis le 1er octobre 2014
Terre-Neuve-et-Labrador : 10,25$ depuis le 1er octobre 2014
Territoires-du-Nord-Ouest : 12,50$ depuis le 1er juin 2015
Yukon : 10,86$ depuis le 1er avril 2015

La SAQ bientôt un point de vente de la Marijuana légale au Québec ?

Légalité de la marijuana au Québec

Rien ne sert de courir il faut partir à point, tel serait la nouvelle devise du vice-Président Marc-André Mcsween du syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ. Car La SAQ se satisferait bien d’être mandatée pour la commercialisation et la vente du cannabis récréatifs dans la province du Québec à travers ses 400 succursales. Mais pour cela le mot d’ordre reste patience car une étude a été demandé à l’IRIS (l’institut de recherche et d’informations socio-économiques). Une fois que l’étude sera achevée Marc-André Mcsween lors de l’assemblée générale au printemps 2016 sollicitera ses membres afin d’avoir une position précise avant que le marché soit récupéré par le secteur public.

Analyse de commercialisation de la drogue douce au canada

D’autres Provinces Canadiennes se sont déjà penché sur cette question, en Colombie-Britannique le secteur privé a anticipé en demandant que la marijuana soit vendue uniquement dans les liquors stores de la Province, également la Province de l’Ontario par la LCBO mais aussi dans la Province du Manitoba à travers ses magasins de vente d’alcool.

Justin Trudeau

Rappelons que le premier ministre du Canada, le libéral Justin Trudeau a prévu légaliser la marijuana au Canada s’il accédait au pouvoir. Chose faite cette année quand il a succédé au chef du Parti Conservateur du Canada, Stephen Harper. Récemment il a reconfirmé son intention de rendre la marijuana récréative légale dans le pays, tout en insistant sur le fait que l’aspect distribution et consommation serait encadré pour éviter que les plus jeunes ne tombent dans la dépendance.

Fini les ventes à 1$ des voitures d’occasion à la SAAQ

La législation sur taxe de vente du Québec (abrégée en TVQ) relative à la vente de véhicule a été modifiée. Il est à présent impossible de déclarer qu’un véhicule vaut 1CAD auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), lors d’une vente entre particuliers, afin que la TVQ soit nulle.

Désormais, le prix minimal de vente est de 500CAD et c’est donc fini de pouvoir être exempté de la TVQ. Même les vieux véhicules, qui ne peuvent apparaitre dans le livre d’évaluation des valeurs, vont devoir être évalués par Revenu Québec, afin que le vendeur s’acquitte de la TVQ. Cette dernière sera calculée en fonction du prix que le Revenu Québec aura attribué au véhicule. En fait, ce changement rend l’évaluation obligatoire. Il ne reste plus qu’à espérer que le Revenu Québec sera raisonnable et ne vas pas surestimer le prix des véhicules et engendrer ainsi des taxes au-delà du raisonnable. Pour l’instant la population ne se réjouit pas de cette nouvelle loi qui va encore faire perdre de l’argent.

Beaucoup s’accordent à dire qu’une taxe de vente ne devrait être perçue que sur la vente de véhicules neufs.

Selon le site Guideautoweb qui reprend une information d’un particulier sur le site MontrealRacing, voici ce qui s’est dit exactement :

« Le membre de MontrealRacing mathieulsutton a publié ce que nous considérons une histoire d’horreur à propos de ces nouvelles règles. Voici une copie de la discussion sur le forum :

En bref, j’ai acheté un Murano 2004 il y a deux semaines, mon moteur a sauté 3 jours après. Deux solutions; acheter un moteur, ou acheter un Murano en pas trop bon état et « swapper » le moteur.

Finalement, je trouve un Murano à 2000 $ sur Kijiji que je négocie à 1000 $.

Je fais la procuration avec le propriétaire et je me rends à la SAAQ (avant-hier).

Après 45 minutes d’attente j’arrive au comptoir et la madame me dit : « Depuis hier on ne passe plus les voitures à 1 $. (Que ce soit 1 $, 100 $, 1000 $, 10 000 $, etc.) Si le véhicule est de 10 à 25 ans d’âge, il doit se faire évaluer chez REVENU QUÉBEC. Cette évaluation est nécessaire pour calculer la taxe. »

Les québécois ont du mal à arriver à la fin du mois

Les Québecois rencontrent des problèmes lorsqu’il s’agit de mettre un peu d’argent de côté. Un constat mis en évidence par l’Association canadienne de la paie (ACP) et Option consommateurs, une association qui recueille les doléances et tente de guider les contribuables.

impot quebec

Le schéma se répète mois après mois pour pléthore de ménages: aussitôt la paie est-elle versée qu’elle s’évapore, soit dans le loyer soit dans les emprunts. Les gens ne parviennent que très rarement à se dépêtrer de cette spirale infernale, remarque l’ACP. Ainsi, 22% des personnes interrogées dans leur enquête reconnaissent que si une dépense inopinée leur tombait dessus le mois suivant, elles ne pourraient y faire face.

Une situation qui pousse beaucoup de foyers à faire une croix sur les loisirs ou les petits plaisirs. S’extraire de cette situation pesante requiert du temps, mais les associations de défense du consommateur insistent aussi sur un autre point: la planification. Des outils sont désormais rendus disponibles pour faire ses comptes. Voir où va l’argent, anticiper certaines hausses de dépenses – comme celle du chauffage en période hivernale – et tenter de sauvegarder une petite partie du revenu pour l’octroyer aux occasions spéciales (Noël, anniversaires etc.).

« À titre indicatif, Desjardins présente une grille budgétaire sur son site internet. Le document suggère de consacrer de 25 % à 35 % de son revenu net au logement, de 10 % à 15 % au transport, de 5 % à 15 % à l’alimentation, de 5 % à 10 % à l’épargne, de 5 % à 10 % aux loisirs et à l’éducation, de 2 % à 7 % aux vêtements, etc. »

source: tva nouvelles

Comment acheter en ligne au Québec sans carte de crédit : un jeu d’enfant

Voici quelques astuces pour acheter en ligne au Québec, sans utiliser votre carte de crédit Visa ou Mastercard.Bébé ordinateur

Cet article résume les différents moyens que possèdent les canadiens pour effectuer des achats sur internet sans avoir à transmettre leurs coordonnées bancaires.

Carte de débit « virtuelle »

Les acheteurs favorisent ce moyen de paiement par défaut d’informations, la protection législative est pourtant moins efficace qu’avec une carte ordinaire.

PayPal

Largement répandu sur Internet, il est apprécié des jeunes consommateurs.
Il joue un rôle d’entremetteur entre les partis et est rattaché directement au compte de l’acheteur, ce qui permet d’empêcher le surendettement.

Interac

Beaucoup moins répandu que Paypal, le paiement via cet intermédiaire présente le désavantage de constituer un mouvement direct sur le compte bancaire de l’acheteur, ce qui peut engendrer des frais bancaires supplémentaires lors de multiples achats.

Cartes prépayées

Elles existent à usage unique ou rechargeables, et permettent également d’éviter l’endettement puisqu’elles ne sont pas directement reliées au compte bancaire du consommateur.

La loi sur la protection du consommateur garantie l’acceptation de ce type de carte par tous les web-marchands autorisant les paiements par carte Visa ou Mastercard traditionnelle.
Cette particularité en fait le moyen de règlement alternatif le plus facile d’accès sur internet.

Source: Les Affaires

Affaires : Quand les restaurants St-Hubert se font copier leur logo en Chine

Cela pourrait presque être drôle, ca l’est d’ailleurs sûrement, sauf pour la chaîne de restauration des rôtisseries St-Hubert.
Selon le journal Les Affaires, une entreprise chinoise qui vend des biscuits a repris carrément leur logo avec le nom, sans gêne aucune.

Le journal Les Affaires a confirmé l’information avec le Groupe St-Hubert qui n’a toujours pas reçu de réponse ni d’explications en provenance de la Chine.

faux logo st hubert

copie saint hubert bbq

« Ce cas de violation de propriété intellectuelle est particulier, car St-Hubert ne vend aucun produit en Chine. C’est d’ailleurs pourquoi la marque «St-Hubert» n’est pas enregistrée dans ce pays. Selon la source de l’industrie en Chine qui a mis Les Affaires au fait de cette histoire, il peut tout simplement s’agir d’un entrepreneur chinois qui est venu au Québec, et qui a trouvé attrayant le logo de St-Hubert. »

source : lesaffaires

Un nouveau billet de 20$ au Canada

La Banque du Canada a émis un nouveau billet de banque commémoratif pour souligner le règne historique de la reine Elizabeth II. La Reine d’Angleterre a battu le record de durée de règne de son arrière-arrière-grand-mère, la reine Victoria.

21065915410_c9fab7807d_z

« Le billet commémoratif est une variante de l’actuel billet de 20 $ en polymère sur lequel figure déjà un portrait de la reine Elizabeth II. Les deux billets sont identiques à ceci près que la bande transparente présente des éléments graphiques spéciaux, dont un portrait de Sa Majesté coiffée d’une couronne (diadème), une première sur un billet de banque canadien. Le portrait a été réalisé à partir d’un cliché pris en 1951 par le célèbre photographe canadien Yousuf Karsh. La même photographie avait servi à produire le portrait de la Reine, sans couronne, qui figure sur les billets de la série de 1954 (Paysages canadiens) ainsi que sur le billet commémoratif de 1967 marquant le centenaire de la Confédération. Depuis l’accession de Sa Majesté au trône en 1952, son image a été présente sur toutes les séries de billets canadiens. »

40 millions de ces billets seront mis en circulation et ils sont déjà disponibles dans les banques canadiennes.

billet reine canada

21227778846_7b0afb828a_z

21227779606_dd91514810_z

21227780276_2482f9bc69_z

21243534532_55bd5331bb_z

20632897923_33a4752bbd_z

21067159559_d92c40ed67_z

14786853375_2754762a68_z

Combien ca coûte de louer un logement au Québec , à Montréal, Laval… ?

Le site d’immobilier RentSeeker a publié une infographie qui résume combien cela coûte de louer un appartement (studio, et de 1 à 3 chambres) partout au Canada. Et vous allez être surpris pour la partie qui concerne le Québec. Non Montréal n’est pas la ville la plus chère….

[Cliquez ici pour voir l’infographie en grand]

Laval est bien loin devant Montréal en ce qui concerne le prix d’un loyer. Même chose pour Terrebonne, Québec, Lévis qui sont devant Montréal mais de peu.

Cliquez pour agrandir :

villes du quebec loyer location

Au niveau du Canada maintenant et ce n’est pas une surprise, la ville de Montréal est beaucoup moins chère quand vient le temps de trouver une location d’un appartement : Vancouver, Toronto, Calgary et Winnipeg sont beaucoup plus dispendieuses :

villes canada loyer

Sources : Rentseeker, Les Affaires

Voici comment connaître sa cote de crédit au Québec

« Je suis loin d’être parfait dans la gestion de mon argent. Mais quand j’ai commandé mon dossier de crédit sur Equifax il y a 10 mois, je respirais la confiance de la p’tite bolle de la classe qui termine son examen de chimie 30 minutes avant les autres. Puis j’ai reçu ma note: 778 sur 900. J’étais déçu. »

Voilà qui résume brièvement la situation et l’article de Daniel Germain du Journal Les Affaires qui avec son score de 778 est quand même devant 55% des consommateurs canadiens. Pas mal mais pas suffisant pour être parfait.

Voici quelques explications.

Que peut faire Equifax pour les consommateurs ?

Equifax.ca compile les dossiers de crédit avec TransUnion. On ne peut pas savoir comment ces entreprises font leurs calculs mais plusieurs éléments entrent en compte. Si une personne paye ses dettes avant la date butoir, la note de crédit lui est profitable. Dans l’autre sens, si elle a un retard d’un mois, son dossier sera plus difficile et encore plus si elle dépasse les trois mois. Il faut également faire attention à ne pas utiliser plus de la moitié des cartes de crédit à paiement différé. Plus une personne utilise des crédits depuis longtemps et plus son profil sera cerné. Si une personne fait faillite alors son dossier est bloqué pendant six ans et plus si c’est une récidive. Pour avoir une note parfaite attribuée par Equifax, il est nécessaire de savoir prendre des risques mais surtout montrer que l’on sait toujours s’en sortir.

Plus la cote de crédit attribuée par Equifax sera élevée et plus les prêteurs feront confiance à l’emprunteur. En deux mots, il faut avoir plus de 700 points sur 900 pour avoir un prêt très avantageux.

Early Retirement ou le style de vie de l’ère nouvelle

A l’heure où l’âge légal de départ à la retraite suscite la controverse dans un certain nombre de pays, les membres de Early Retirement aspirent à partir le plus tôt possible. Pour y parvenir, ils adoptent la politique de l’épargne massive.

Focus sur Early Retirement

Liberté, Efficacité, Frugalité, telle est la devise de Early Retirement, une communauté fondée principalement sur le principe de partir à la retraite aux alentours de 35 ans, ou bien après 10 ans de bons et loyaux services. Parmi ses membres figurent notamment des ingénieurs et des agents opérant dans le domaine des nouvelles technologies.

Liberté, car les membres de cette communauté aspirent à être exempts des contraintes associées au travail. Pour autant, il ne s’agit pas de ne rien faire, mais plutôt de travailler à son compte.

Efficacité, car les adeptes sont convaincus qu’on peut très bien vivre décemment en adoptant un style de vie simple. On peut par exemple rouler à vélo, plutôt que de conduire.

Frugalité, car bien vivre ne signifie pas forcément surconsommer. On peut très bien se limiter à l’essentiel. Lors d’un achat, mieux vaut aussi se référer à la durée de vie d’un produit, plutôt qu’à son prix.

Epargner massivement

Les membres de Early Retirement se donnent les moyens pour atteindre leurs objectifs. Ils mettent entre 40 et 75 % de leur revenu de côté durant leur « vie active » pour se constituer un fond qui leur permettra de suivre leurs aspirations.

Une fois à la retraite, il suffit d’adopter le géo-arbitrage. En gros, cette démarche consiste, durant la vie active, à vivre dans un pays où la vie est moins cher, et durant la retraite, à vivre là où le taux de change est avantageux.

Sources : Affaires La Presse

Accès à la propriété : l’essentiel à savoir

Devenir propriétaire pour en finir avec les loyers à fonds perdus et pour tant d’autres raisons… oui, mais ce projet de grande envergure est associé à de nouveaux coûts et de nouvelles responsabilités.

Les questions liées aux coûts

Pour devenir propriétaire, il suffit de rester raisonnable. En souscrivant un crédit immobilier, mieux vaut alors se limiter à un montant compatible avec ses revenus, une démarche mettant à l’abri du surendettement.

Il faut également anticiper les nouveaux coûts d’occupation. En effet, accès à la propriété rime entre autres avec taxes et factures plus élevées que pour une location.

Accéder à la propriété veut dire aussi déménager, ce qui amène à prévoir toute une batterie de frais : Taxe de bienvenue, frais de notaire, frais d’inspection…

Mieux vaut encore se constituer un fonds de prévoyance de l’ordre de 5 % d’investissement annuel, un ratio permettant d’assurer la pérennité d’une propriété. Mieux vaut également souscrire une assurance permettant de couvrir des dépenses liées à d’éventuels dégâts, comme une fuite d’eau.

Inspection de la propriété

Faire inspecter sa propriété revient à se mettre à l’abri de mauvaises surprises qui peuvent couter très cher. Bien entendu, il faut compléter cette démarche en se soumettant aux recommandations formulées dans le rapport d’inspection. À titre indicatif, le recours aux services d’un inspecteur en bâtiment agréé coute 150 à 500 $ en moyenne.

Droits et responsabilités

Mieux vaut bien se renseigner sur ses droits et responsabilités. Cette démarche revient entre autres à effectuer des recherches, ainsi qu’à bien lire tous les documents avant de les signer chez le notaire. Louer le service d’un expert dédié est également à envisager pour bénéficier d’un meilleur guide, notamment pour certains aspects relevant du domaine juridique.

Sources : Les Affaires

Lacopropriété.info, un site de référence pour ceux qui habitent en condo

Les problèmes affectant le domaine de la copropriété sont en grande partie liés au manque d’informations. Pour pallier ce souci, a été lancé Lacopropriete.info, un site d’information permettant d’entrer en contact avec des experts dédiés sur tout ce qui a trait aux condominiums, peu importe la partie concernée : acheteur, vendeur, promoteur immobilier, copropriétaire ou syndicat de copropriété.

Une plateforme de référence

Mandatée par le Ministère de la Justice, la Chambre des notaires a créé Lacopropriété.info en 2013 à la suite du dépôt du rapport du Comité. Cette institution a misé gros pour mettre en place ce véritable puits d’informations concernant la copropriété. La somme attribuée au lancement étant de 250 000 $.

La convivialité et la praticité sont au rendez-vous, grâce notamment à l’option « Info-Experts » qui permet aux principaux acteurs du secteur (copropriétaires, acheteurs, vendeurs, promoteurs, administrateurs…) de poser des questions aux experts du site (courtiers, avocats, architectes…). Les réponses s’obtiennent dans un délai n’excédant pas les 48 heures.

Pour lancer Lacopropriété.info, la Chambre des notaires s’est effectivement associée à d’autres ordres professionnels et organismes d’autoréglementation, à savoir l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec, l’Ordre des ingénieurs du Québec, l’Ordre des administrateurs agréés du Québec, l’Ordre des architectes du Québec, l’Ordre des technologues professionnels du Québec, l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec, l’Ordre des comptables professionnels agréés, la Chambre de l’assurance de dommages, le Barreau du Québec, et enfin l’organisme d’auto réglementation du courtage immobilier du Québec.

Un site au service du public

Selon Me Christine Gagnon, notaire spécialisée en copropriété, la vocation première de Lacopropriété.info est la protection du public. Le site ne constitue en rien une menace pour les affaires des professionnels, puisque les réponses générées par les experts sont plutôt à caractère informatif. Il ne s’agit donc pas de vendre des services, ni de fournir des informations à ranger sous le pavillon Conseil juridique.

La fin de la crise du logement

Au terme de 15 années de crise, le secteur du logement trouve son second souffle. Cette amélioration se constate surtout dans la région métropolitaine de Montréal. La sortie de crise est bel et bien en marche, malgré la persistance de certains problèmes.

Taux d’inoccupation en hausse

Le taux d’inoccupation correspond à la quantité de logements accessibles à la location. Cette valeur de référence dépasse actuellement le seuil d’équilibre du marché qui est fixé à 3 %. La région métropolitaine, notamment le Grand Montréal affiche effectivement un taux d’inoccupation de 3,4 %.

Ce pourcentage pour le moins favorable est une grande première depuis 15 ans, selon la Communauté métropolitaine de Montréal. En effet, la dernière fois que ce seuil de 3 % a été dépassé est à dater de 1998.

Cette hausse du taux d’inoccupation enregistrée dans la région métropolitaine est à mettre sur le compte de deux facteurs. Il y a d’un côté le dégel de la construction des logements destinés à la location. De l’autre, l’existence d’un certain nombre de copropriétés mises en location, faute d’acquéreurs.

Des problèmes persistants

Confirmant cette nette amélioration, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) signale qu’il y a encore fort à faire dans le secteur du logement. Selon François Saillant, coordonnateur du groupe, cette hausse du taux d’inoccupation est notamment due à l’abondance de petits logements. La pénurie persiste effectivement en ce qui concerne les grands logements, c’est-à-dire ceux offrant trois chambres et plus, avec un taux évalué à 2,5 %.

Toutefois, ce taux de 2,5 % correspondant aux grands logements dénote déjà une grande amélioration. En effet, une chute à 0,4 % a été enregistrée en 2001, c’est-à-dire au beau milieu de la crise. Par ailleurs, le prix moyen chiffré à 739 $ à Montréal vient conforter la thèse de la fin de la crise du logement.

Source : La Presse

Entretien d’un condo : vers l’encadrement du syndicat

Pour échapper à de fastidieuses tâches d’entretien, bon nombre de personnes préfèrent habiter dans un immeuble condo plutôt que dans une maison. La désignation d’un syndicat pour exécuter ces travaux ne semble toutefois pas les tirer d’affaire.

Condo : Un flou sur les travaux d’entretien

Le syndicat est chargé de l’intégralité de l’entretien préventif d’un immeuble condo. Cette attribution s’observe surtout quand le syndicat est un tiers. L’objectif principal de cet intervenant est bien évidemment de maintenir l’immeuble en bon état.

Toutefois, la loi ne définit pas explicitement les détails concernant les attributions du syndicat. De même, faute d’un décret concernant un organisme de contrôle, les occupants de l’immeuble procèdent eux-mêmes à la vérification, sans être sûrs que les travaux sont exécutés correctement.

Le carnet d’entretien préventif

Pour prévenir tout manquement, le dénommé Pierre Babinsky, Directeur des communications et des affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada recommande que le syndicat tienne un carnet d’entretien préventif. Les occupants de l’immeuble pourront alors s’y référer lors de la vérification.

Le recours à un entrepreneur pour l’établissement de ce carnet d’entretien serait garant d’un travail effectué dans les règles de l’art. Cette option met effectivement les occupants à l’abri d’un surcoût lié à des travaux mal exécutés.

Coût des travaux d’entretien

Normalement, le montant des travaux d’entretien d’un condo est payé par le fonds de prévoyance. D’ailleurs, la loi stipule l’allocation systématique de 5 % des frais de condo dans cette caisse. Toutefois, ce montant se révèle souvent insuffisant, selon toujours Pierre Babinsky. Ce responsable dans les affaires publiques suggère de prévoir davantage d’argent pour faire face aux imprévus. Bien souvent, le fonds de prévoyance ne permettant effectivement pas d’assurer l’ensemble des travaux d’entretien et de réparation.

Source : Les Affaires

Banque du Canada : aucune baisse des taux à venir ?

Les ménages canadiens enregistrent un niveau d’endettement très élevé, soit 163,25 % contre 163,59 % fin 2014. Compte tenu de cette situation et de l’économie fragile au Canada, les spécialistes n’espèrent pas une baisse des taux de crédit dans l’immédiat.

Ménages canadiens : course à l’endettement

Vendredi dernier, Statistique Canada a publié des données relatives à la situation financière des ménages canadiens. Bien que ces derniers aient montré une certaine réticence en matière de souscription de crédit à la consommation au premier trimestre 2015, les chiffres ont indiqué que leur niveau d’endettement reste assez élevé. Le ratio de la dette souscrite par rapport au revenu disponible s’est établi en moyenne à 163,25 %. Il a diminué de quelques points par rapport au ratio enregistré au dernier trimestre 2014, soit 163,59 %. Quoi qu’il en soit, l’économiste de Desjardins, Benoit P. Durocher, reste pessimiste sur la situation d’endettement des consommateurs canadiens. Pour ce spécialiste, la Banque du Canada devra réfléchir mûrement avant de penser à baisser ses taux d’intérêt directeurs pour éviter de stimuler davantage la contraction de crédit.

Correction des prix du pétrole : un facteur à prendre en compte

Lors de la publication de la « Revue du système financier » jeudi dernier, la Banque du Canada a constaté que le pays pourrait subir des pertes d’emplois généralisées accompagnées d’une baisse de revenus conséquente à cause de la forte correction des prix du pétrole. En effet, cette évaluation semestrielle portant sur les faiblesses et les risques du système financier permettrait d’anticiper les risques d’insolvabilité des consommateurs.

Source : Les Affaires

DuProprio vient d’être vendu à PagesJaunes pour 50 millions $

C’est officiel : l’entreprise québécoise Pages Jaunes .ca vient de mettre la main sur DuProprio.com pour la somme de 50 millions de dollars. Une transaction qui reste au Québec mais dont le montant de rachat me semble pas forcément très élevé (à peine plus qu’une fois les revenus de 2014….).

« Pages Jaunes (T.Y) a annoncé mardi matin l’acquisition du réseau DuProprio/ComFree (DPCF) pour 50 millions de dollars auprès de Propriétés Numériques Square Victoria.L’acquisition sera conclue et prendra effet le 1er juillet 2015, et n’est assujettie à aucune condition de clôture. »

Je me demande surtout si DuProprio va survivre sur le long terme à ce rachat, c’est ici la grande question.

« DuProprio est le quatrième réseau numérique immobilier le plus visité au pays et le site immobilier numéro un au Québec, où DuProprio détiendrait 17 % des inscriptions. Les revenus auraient crû de façon organique et profitable à un taux annuel composé de 20 % au cours des trois dernières années, pour dépasser 40 millions de dollars en 2014. »

J’espère également que Pages Jaunes se gardera une petite gêne pour ne pas envoyer plein de publicités aux clients de DuProprio, maintenant qu’ils viennent de mettre la main sur une énorme base de données de propriétaires québécois.

source: LaPresse

Les dangers des crédits à long terme

Entre autres offres de financement, les crédits à moyen et long terme présentent plusieurs atouts non négligeables. Ces formules présentent néanmoins certains risques, qu’il convient de prendre en considération.

Le véritable coût du financement à long terme

Depuis 2008, le nombre de contrats de prêt de plus de 72 mois au Canada a sensiblement augmenté, selon Karine Robillard, conseillère budgétaire d’Option consommateur. Cette progression s’expliquerait avant tout par la diversification des offres de prêt à moyen et long terme, ainsi qu’aux efforts consentis par les banquiers et les vendeurs pour les présenter sous leur meilleur aspect. Les constructeurs automobiles appliquent par exemple la formule des paiements toutes les semaines ou toutes les deux semaines.

Le financement paraît ainsi plus accessible et moins cher. La réalité est souvent toute autre. Ces formules sont généralement accompagnées d’une période de remboursement très longue. Il se peut alors que le coût réel du financement à long terme dépasse de loin le prix du bien acheté. Cette situation peut être préjudiciable aux familles. En cas de changement ou d’agrandissement du foyer, ce dernier pourrait être amené à remplacer le bien acquis avec un financement long terme. Si l’ancien prêt n’est pas encore remboursé, la dette résiduelle s’ajoute ainsi au prêt souscrit pour l’achat du bien de remplacement.

Des renseignements presque dissimulés

Le manque d’informations constitue un autre inconvénient des financements à long terme. Les commerçants ont souvent tendance à mettre en avant dans leur publicité le montant périodique à rembourser, plutôt que d’afficher le prix réel du bien à l’issu du paiement. Le coût total du financement peut être connu, à condition de lire les clauses du financement en petits caractères et formulées en termes techniques dans la publicité. La seule règle qui prévaut face aux financements à long terme est donc la suivante : plutôt que de se précipiter sur la proposition qui affiche le montant périodique le plus bas, mieux vaut se renseigner davantage sur le coût réel du prêt avant de s’engager.

Source: Les Affaires

Mon Prospecteur, une start-up québécoise qui cherche les potentielles « bonnes » occasions immobilières

Créée récemment, la start-up en charge du site Mon Prospecteur se propose d’éplucher le Régistre foncier du Québec et de proposer à ses clients une liste de propriétés qui pourraient représenter de bonnes occasions d’achat. Explication.

Une chasse aux potentielles bonnes affaires

Joanie Paradis, la Québecoise à la tête de Mon Prospecteur, explique en quelques mots les services de sa start-up. Selon elle, il s’agit de mettre en lumière des biens immobiliers qui ne sont pas encore mis en vente, mais qui pourraient devenir des aubaines. Pour dénicher ces potentielles bonnes occasions, le site consulte pour le compte de ses clients le Registre foncier du Québec. Ce registre contient en effet plusieurs informations intéressantes, en particulier celles portant sur les propriétés frappées d’un préavis d’exercice d’un avis de transmission, d’une hypothèque légale ou d’un préavis d’exercice. Seuls les biens concernés par ces trois avis intéressent en réalité la start-up Mon Prospecteur.

Les propriétés ciblées par Mon Prospecteur

Les biens faisant l’objet d’une hypothèque légale ou d’un préavis d’exercice appartiennent souvent à des propriétaires éprouvant des difficultés financières. Ils ont alors plus intérêt à vendre leur propriété que de laisser le titulaire de l’hypothèque légale ou la banque la saisir. L’avis de transmission concerne les biens que les propriétaires, décédés, ont légués à un proche qui n’a pas forcément l’intérêt ni l’expertise pour s’occuper d’un bien immobilier et qui pourrait être tenté de le vendre.

Un service limité au Québec

La start-up se limite seulement à identifier ces biens dans le Registre foncier du Québec. Elle ne met pas en relation ses clients investisseurs et les propriétaires. L’enseigne facilite néanmoins la tâche de ses abonnés en indiquant la localisation des propriétés sur Google Maps et en envoyant des alertes dès qu’un bien fait l’objet d’un des trois avis. Ces prestations de Mon Prospecteur sont facturées 47 dollars par mois. Une extension du service dans la région de Montréal est déjà envisagée par la start-up dans les mois à venir.

Source: Les Affaires

Ce que les milliardaires ont en commun…

Une étude récente de PwC et UBS lève le voile sur les facteurs ayant permis aux plus grosses fortunes mondiales de devenir milliardaires. Contrairement aux idées reçues, l’héritage et la chance n’y occupent qu’une place minime.

Des points communs chez les milliardaires

Naît-on milliardaire ou le devient-on uniquement par chance ? La réponse apportée par l’étude du cabinet PwC et de la banque UBS tend à répondre par la négative. Certes, ces facteurs sont certainement déterminants sur la richesse d’une personne, leur influence sur le parcours des milliardaires est moindre. Par contre, les deux entités à l’origine de l’étude ont clairement identifié des facteurs communs aux plus grosses fortunes mondiales. Ces traits de caractère les différencient de la plupart des individus et se retrouvent chez tous les milliardaires, où qu’ils se trouvent et peu importe le domaine de l’industrie dans lequel ils ont bâti leur fortune.

Déterminés, curieux et téméraires

La première particularité identifiée par UBS et PwC concerne l’attitude des milliardaires, qui semblent avoir un penchant pour les prises de risque intelligentes. Plutôt que d’esquiver à la première activité à risque venue, ils prennent le temps de comprendre le défi en question et mettent tout en œuvre pour le surmonter, par le biais d’une gestion intelligente du risque. Ces derniers considèrent certains risques plus comme des opportunités que des obstacles.

Autre particularité, les milliardaires sont curieux de nature et sont capables de concentrer tous leurs efforts et leur concentration sur une occasion d’affaire majeure. Leur curiosité les pousse à éprouver des besoins qu’ils cherchent toujours à combler par le marché et l’affaire, tandis que leur concentration les conduit à persévérer dans leurs efforts pour atteindre un objectif précis. Enfin, les milliardaires affichent une détermination à toute épreuve. Ils baissent rarement les bras face à leurs échecs, ils y voient plutôt des occasions de tirer certaines leçons et de récolter des informations pour mieux s’adapter au monde des affaires.

Source : Les Affaires

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 ... 23 Suivant