Rubrique:

Argent

Les Québécois restreignent leur budget pour les cadeaux de Noël cette année

Cadeau noelUne étude CROP a été menée pour Universitas, concernant les cadeaux de Noël que les Québécois envisagent d’offrir à leurs enfants. Il en est ressorti qu’ils ont prévu de consacrer moins d’argent cette année pour ce poste de dépenses.

100 $ à offrir par enfant cette année

Dans le cadre de ce sondage pour Universitas, ce sont 1000 Québécois ayant des enfants qui ont répondu au questionnaire. À en croire les résultats qui en sont ressortis, un peu moins de la moitié des répondants prévoient de ne pas dépenser plus de 100 $ par enfant. 74 % de ceux qui ont plusieurs enfants ont par ailleurs annoncé qu’ils n’allaient pas dépenser plus de 250 $ en tout et pour tout.

Un budget en baisse par rapport à 2012

En 2012, 40 % d’entre eux avaient consacré une enveloppe de 250 $ à 1000 $ pour ce poste de dépenses. D’après une responsable au sein d’Universitas, Sonia Dupèré, ce n’est pas une surprise si les familles appliquent des restrictions quant aux dépenses consacrées aux cadeaux de Noël, compte tenu de la situation économique actuelle. Les familles appartenant à la classe moyenne sont d’ailleurs logiquement plus nombreuses à être touchées par ce phénomène.

Ce sont les grands-parents qui pensent à l’épargne pour les études

Toujours d’après cette étude, les choix des parents en ce qui concerne les cadeaux s’articulent autour de trois axes majeurs : 45 % des parents offriront à leurs enfants de l’argent comptant, 42 % d’entre eux opteront pour des vêtements, tandis que 41 % offriront des chèques-cadeaux. Il se trouve par ailleurs que les plus nombreux à envisager de placer de l’argent dans un compte épargne REEE sont les grands-parents, soucieux des études de leurs enfants et de leur avenir.

source: canoé

Categories: Argent Tags:

« À propos d’argent », nouvelle rubrique conseil de Tangerine (ex-ING)

gerer argent

« À propos d’argent » est la nouvelle rubrique lancée officiellement par le site de Tangerine, afin de mieux renseigner les Canadiens sur les moyens de gérer leurs finances personnelles.

« À propos d’argent », une rubrique très utile

C’est de manière officielle que Tangerine a annoncé la mise en place d’une nouvelle section sur son site Internet « À propos d’argent ». Concrètement, cette rubrique est conçue pour accompagner les Canadiens dans leur quête de conseils sur la gestion de finances personnelles. Pour mieux éclairer les internautes, Tangerine a varié le contenu de cette rubrique : différents articles, vidéos ou encore documents infographiques y seront publiés.

Conseiller les Canadiens de manière simple

Les conseils de cette section du site Tangerine s’adressent à un public très large. Les ménages faisant face à des hésitations sur les différents types de crédit sont concernés, de même que les personnes qui souhaitent voir leur portefeuille de placement augmenter… L’idée est de présenter aux Canadiens des sujets complexes de manière très simple, afin qu’ils puissent prendre les bonnes décisions. Lancé en tant que projet pilote en avril 2014, « À propos d’argent » est actuellement fonctionnel avec plus d’une centaine d’articles différents en anglais et en français.

Une rubrique qui vient renforcer l’importance de Tangerine

La rubrique comptabilise actuellement plus de 150 000 vues. Pour rappel, Tangerine est une initiative ayant vu le jour dans le cadre du Mois de la littératie financière. Aujourd’hui, Tangerine constitue un acteur majeur dans l’information des Canadiens sur la gestion de finances personnelles. À en croire le responsable marketing de Tangerine Andrew Zimakas, cette section du site sera alimentée de manière régulière pour que les Canadiens ne manquent pas d’informations sur les solutions de gestion de leurs finances personnelles.

Categories: Argent, Investissement Tags:

L’automobile, une dépense conséquente pour les Canadiens

Comment les Canadiens dépensent-ils leur argent ? Une récente étude de la banque BMO répond en partie à cette question. À première vue, les dépenses automobiles occupent une place importante dans leur budget…

toyota camry le

L’auto, troisième place dans le budget au Canada

En France, le logement reste depuis toujours le premier poste budgétaire des ménages, une situation commune aux autres grandes économies mondiales, dont les États-Unis, l’Allemagne… et le Canada. Selon un sondage réalisé par la Banque BMO, en partenariat avec Pollara, les Canadiens dépensent également beaucoup sur d’autres postes, notamment l’automobile. La donne est simple : un peu plus de 15 % du budget moyen des ménages est consacré à la voiture.

En chiffres, cela donne en moyenne 5 260 dollars canadiens investis dans l’assurance, l’entretien, l’essence et les paiements liés au véhicule particulier. Autrement dit, les ménages canadiens déboursent pas moins de 437,48 dollars canadiens pour leur voiture. Seuls les coûts de logements et les dépenses alimentaires sont plus conséquents dans leur portefeuille.

Le crédit comme moyen principal d’achat

La banque BMO met également en avant la nouvelle attitude des ménages canadiens vis-à-vis de l’automobile. Désormais, ils sont majoritairement favorables à l’acquisition de véhicules supplémentaires pour le foyer. Aussi, ils tendent à changer de plus en plus souvent de voitures et projettent d’en acquérir de nouvelles tous les cinq ans. Résultats, les ménages sont prêts à payer environ 26 000 dollars tous les 5 ans, pour acheter une nouvelle voiture.

Pour assouvir une pareille fringale, les foyers n’hésitent plus à souscrire un contrat de crédit auto, un moyen utilisé ou envisagé par la moitié des 1004 Canadiens interrogés. Cet appétit pour le crédit s’explique en grande partie par les conditions de financement et les taux peu élevés proposés par les banques, mais aussi par les promotions et offres avantageuses des constructeurs et concessionnaires. S’appuyant sur ces données, la Banque BMO anticipe déjà une excellente tenue du marché automobile canadien, qui devrait atteindre le sommet des 60 milliards de dollars CAD en 2014.

Categories: Argent, Auto Tags:

L’été n’impactera pas sur le budget des Canadiens

Une majorité de Canadiens envisage de dépenser moins de 2 000 $pour leurs activités estivales.

L’été arrive, les ceintures ne se desserrent pas

L’été pointe le bout de son nez. La température ne cesse de grimper et les journées se font de plus en plus longues. S’il faut en croire le sondage réalisé par le site tangerine, il semblerait que 70 % des Canadiens n’envisagent pas pour autant d’augmenter leurs dépenses pendant les vacances d’été. Mieux encore, certains ménages dépensent moins en été par rapport au reste de l’année. Ce sondage affirme que 81 % des Canadiens ont prévu de ne dépenser que 2000 $ tout au plus pendant l’été pour les articles qu’ils jugent les articles non essentiels. 70 % affirment d’ailleurs qu’ils suivront leurs dépenses de près pendant la belle saison et s’emploieront à modérer leur consommation.

Faire des activités gratuites pendant l’été

Pour profiter de la saison estivale, les Canadiens auraient prévu pour la plupart des activités gratuites, comme les promenades, les visites d’amis ou encore le jardinage. Très soucieux de leurs finances, ils veulent éviter toute dépense futile. Parmi les personnes interrogées, certains ont répondu vouloir pratiquer la lecture, la pêche ou encore se détendre chez eux.

Un constat rassurant et encourageant

À ce moment de l’année où les enfants sont en vacances et que tout le monde dispose de temps libre, il est rassurant de constater que les Canadiens n’ont pas oublié la nécessité de rester raisonnable dans les dépenses, même durant cette période festive. Ainsi, ils pourront se constituer une épargne pour le futur et envisager l’avenir plus sereinement.

sources : tangerine.ca

Categories: Argent Tags:

Dépenses : Les québécois vont de moins en moins au restaurant

manger maison restaurant
Est-ce que la vie coûte plus chère qu’avant ? oui. Est-ce que les salaires montent ? non. Bon et bien je crois que nous avons sans doute une explication pourquoi les québécois vont de moins en moins au restaurant…


« Parmi les grandes tendances notées dans le plus récent bulletin du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), on observe que les Québécois allouent 24,6 % de leurs dépenses alimentaires au restaurant. En Colombie-Britannique, cette proportion atteint 30,7 % et au Manitoba 30,2 %. » (source: canoé)

Cependant les québécois sont les canadiens qui dépensent le plus en budget alimentation : 13,6 % de leurs dépenses totales contre 11,4 % pour l’ensemble du Canada, 10,4 % pour l’Ontario et 9,6 % en Alberta. Cela veut donc dire que les québécois se font plus à manger chez eux (ou lunchs) que les résidents des autres provinces.

« En ce qui a trait à la nature même des aliments achetés au restaurant, le consommateur québécois a également un comportement qui le différencie de son homologue canadien. Ainsi, au Québec, la proportion des collations et des boissons dans la totalité des aliments achetés au restaurant est de 8 % (en 2012), alors qu’en moyenne elle est de 12 % au Canada. Autre particularité : le petit déjeuner suscite 9 % des dépenses alimentaires au restaurant au Québec contre 7 % au Canada. (source: lesaffaires) »

Le québécois va moins au resto mais mange mieux ? De là à en conclure ceci, il n’y a qu’un pas,… que je ne franchirai pas! :-)

Envie d’un bon repas maison?

repas maison

image: pinterest via brunchtimebaker.com

Categories: Argent Tags:

La voiture représente 20% des dépenses des familles au Québec

toyota camry le
On le sait, une voiture c’est une dépense perdue d’avance. Autrement dit une dépense qui peut être nécessaire voire indispensable pour certains mais qui va directement à la poubelle avec le temps, contrairement à l’achat d’une maison. C’est la game et on le sait tous. Tant qu’on peut se payer une belle voiture, neuve ou d’occasion, on le fait. Mais dès que ce coût devient ultra pesant pour le budget familial il faut réagir vite et se débarasser du véhicule. Hors cela peut être plus difficile qu’on ne le croit et on peut être pris dans un engrenage.

« Michel Thibault, associé et syndic de faillite chez Raymond Chabot Grant Thornton confirme que des consommateurs sont poussés à la faillite, incapables d’honorer leurs paiements d’auto. Quand, par exemple, un contrat d’origine de 25 000 $ est rompu, et que le concessionnaire dispose du véhicule avec une perte de 10 000 $, ce déficit incombe à l’ancien propriétaire. »

Et pour ceux qui sont capables de se payer une auto, regardez combien cela coûte par année… (mieux vaut ne pas lire si vous tenez à garder votre voiture :-)

« Selon des données compilées par le CAA, le coût total d’une Camry LE qui parcourt 24 000 kilomètres par année s’élève à 11 751,48 $. Il faut ajouter près de 4 000 $ en dépenses diverses (carburant, entretien, pneus) au 7 801,08 $ du coût de propriété (financement, assurances, permis de conduire et dépréciation). »

source : argent.canoe.ca

Categories: Argent Tags:

L’essence à 1.53$ le litre à Montréal ; 1.60$ arrive vite

Essence Quebec

Chaque jour, il en reste un petit peu moins dans la poche du consommateur. Comme aujourd’hui par exemple où les montréalais doivent payer 1.53$ le litre d’essence pour pouvoir continuer à faire rouler leur auto.

Selon le site Essencequebec.com, c’est bel et bien Montréal la reine de la flambée des prix de l’essence puisqu’il est encore possible de payer 1.35$ dans les Laurentides, 1.36$ en Montérégie ou 1.38$ en Estrie.

« Mercredi, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord s’élève à 109,20$ US, en légère baisse. Le prix à la bourse NYMEX de New York s’établit pour sa part à 101,56$ US. En 2008, lorsque le prix du litre d’essence ordinaire était vendu à 1,50$, le prix du baril de pétrole brut était largement supérieur à son niveau actuel. » [source: lapresse affaires]

Prochaine étape qui va arriver plus vite qu’on ne le pense… le prix à 1.60$ le litre. Est-ce temps de passer à la voiture électrique ou hybride de façon massive ?

Categories: Argent Tags:

Quebecoin, la nouvelle monnaie virtuelle du Québec

Surfant sur la vague -plus ou moins convaincante- du Bitcoin, un entrepreneur québécois, Jean-Philippe Gagnon, vient de lancer la monnaie virtuelle Quebecoin au Québec.

« Le créateur de la nouvelle monnaie virtuelle refuse toutefois toute association avec le mouvement souverainiste et précise être «politiquement neutre». M. Gagnon indique que la monnaie s’adresse à l’ensemble de Québécois désireux d’être en «contrôle total» de leur argent. » [source : canoe]

 
A l’heure actuelle le Quebecoin n’est pas accepté dans les commerces au Québec mais vu la récente adhésion de certains d’entre eux au Bitcoin, ce sera la prochaine étape estime le fondateur de cette monnaie virtuelle.

Le site officiel du Quebecoin : www.qbc.io

Capture d’écran :

Quebecoin monnaie

Categories: Argent Tags:

Problème de dettes ? Venez assister aux rencontres de l’ACEF à Longueuil

ACEF Rive Sud

Si les dettes sont pour vous un problème sérieux et stressant, l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) organise des rencontres d’information à Longueuil.

Travailleurs : des pistes de solutions pour les travailleurs aura lieu à Longueuil à 19h mercredi 23 avril 2014 ou le mardi 6 mai 2014.

Femmes : L’ACEF a aussi créé un atelier pour la réalité financière des femmes en 2014 (organisation de son budget, astuces pour économiser, les pièges à éviter pour ne pas tomber dans le sur-crédit). A Longueuil à 13h30, le 15 mai 2014 et lundi 16 juin 2014.

Infos sur ACEF Rive-Sud.

Categories: Argent Tags:

Fondation du Dr Julien : 830 millions de dollars récoltés lors de la 11e Guignolée

La Fondation du Dr Julien a récolté en fin de semaine quelque 830 000 dollars de dons financiers lors de sa 11e Guignolée.

Fondation Docteur Julien

À votre bon cœur les Canadiens !

La population canadienne et particulièrement celle de Montréal se montre très sensible à la situation des enfants en difficulté. Les Québécois ont tenu à faire montre de leurs sentiments par le biais d’un geste permettant à la Fondation du Dr Julien d’encaisser 830 000 dollars lors de la tenue de sa 11e Guignolée le week-end dernier. L’association note que 83 % des donateurs s’étant manifestés lors de cette édition sont des particuliers.

Une implication de tous

Les 450 bénévoles travaillant pour la Fondation n’ont pas chômé durant la journée pour récolter les dons. Les Québécois ont apporté leur contribution chacun à leur façon. Outre ceux qui ont fait des dons en numéraire, certains ont remis du matériel tandis que des commerçants ont donné à manger. Les dons sont destinés aux pensionnaires des deux foyers gérés par l’association Dr Julien à Côte-des-Neiges et à Hochelaga-Maisonneuve. Il faut noter que la fondation travaille avec des professionnels spécialisés dans des domaines variés.

50 % des enfants non scolarisés

Le Dr Gilles Julien, l’initiateur de ce mouvement social se dit convaincu que les enfants marginalisés – victimes de la croissance de l’écart entre les nantis et les pauvres – n’ont aucune chance de s’en sortir par leurs propres moyens. Les statistiques révèlent en effet que plus de la moitié des enfants vulnérables ne fréquentent pas l’école, vecteur essentiel de la réussite sociale. Il faut noter que la Fondation Dr Julien prend en charge tous les ans quelque 2 000 nécessiteux. Cette structure oeuvre pour que ces jeunes puissent espérer un avenir meilleur.

Categories: Argent Tags:

Québec : un réseau d’arnaqueurs de type Ponzi démantelé par le SECFO

Un groupe de malfaiteur a réussi à extorquer 19 millions de dollars à 240 Québécois. Le SECFO – Service des enquêtes sur la criminalité financière organisée – vient de mettre fin à cette pratique qui s’apparente à la méthode Ponzi.

Une mise en pratique de la méthode Ponzi

La SECFO vient de réaliser un grand coup de filet en arrêtant un groupe d’arnaqueurs qui aurait extorqué des fonds auprès de quelque 240 personnes. Le montant total des préjudices s’élève à 19 millions de dollars. En fait, les arnaqueurs opérant selon la méthode Ponzi ont fait miroiter à ces personnes des gains mirobolants en leur conseillant de placer des capitaux dans la structure qu’ils ont mise en place. L’opération présentait des apparences rentables vu que les arnaqueurs leur versaient des dividendes. En réalité, ces derniers se servaient de l’argent des autres investisseurs pour établir ce semblant de crédibilité.

piece or

Nouvelle Pièce d’OR Canada de 200 dollars

Plusieurs chefs d’accusation

Les cerveaux de l’organisation arrêtés par la police financière québécoise ont pour nom : Alain Péloquin, Sophie Jolicoeur, Isabelle Cantin, France-Josée Dancause et Benoit Sénécal. Un dernier suspect dénommé Jean Marc Lavallée semble s’être évanoui dans la nature. Ils répondront à plusieurs chefs d’inculpation. Ils sont notamment accusés de gangstérisme et de recyclage fonds frauduleux.

Pistée par la SQ depuis des années

En fait, ces bandits étaient déjà depuis longtemps dans le collimateur des autorités québécoises. Ces arrestations sont les résultats d’une enquête que l’AMF – Autorité des marchés financiers – du Québec a initiée il y a déjà deux ans. Cette structure avait à l’époque des soupçons sur les manœuvres ce groupe de personnes. La démarche de cette autorité a abouti au blocage des comptes des présumés fraudeurs. Ceci a permis de mettre à jour une liste des victimes de cette arnaque.

source : newswire.ca

Categories: Argent Tags:

L’illégalité de la surfacturation des paiements par carte de débit étonne

Il est courant que les clients se fassent facturer des frais supplémentaires par certains petits commerces lorsqu’ils règlent la note avec leur carte de débit. Une pratique contraire à la loi.

Interac

Une pratique hors la loi

Cette facturation supplémentaire est tolérée par les clients, car elle n’occasionne que des frais relativement bas, généralement entre 10 cents et deux dollars. Bien que fréquente aux États-Unis, cette pratique qui consiste à délester le client de quelques centimes lorsqu’il paie l’addition d’un repas, la note d’un café ou la course d’un taxi tombe sous le coup de la loi.
La loi sur la protection des consommateurs est bien claire : un prestataire ou un établissement ne peut appliquer un prix supérieur à celui qui est affiché, rappelle le directeur régional de l’Office concerné. De même, le montant exigé ne peut être supérieur à celui de la facture. La seule chose que les commerçants peuvent exiger lors d’un paiement par carte de débit, c’est un montant minimum de consommation.

Tout le monde tombe des nues

Le haut responsable de Taxi Coop à Trois-Rivières, Laurent Paré, ne voit rien d’illégal dans cette pratique. Selon lui, les clients sont au contraire privilégiés étant donné qu’ils n’ont pas à passer à la banque où à la caisse lorsqu’ils ne disposent pas de liquidités pour régler la note.
Il s’agit selon lui d’un service rendu aux clients et les bénéfices générés contribuent à couvrir les frais des chauffeurs.
D’un autre côté, les consommateurs eux-mêmes ont été surpris lorsqu’ils ont appris que les commerçants étaient en infraction en leur imposant des frais supplémentaires. L’office de protection du consommateur appelle d’ailleurs les clients à lui signaler les commerçants qui s’entêtent à appliquer ces frais, qui sont interdits par l’article 224 C.

source: tvanouvelles

Categories: Argent Tags:

Les Canadiens peinent à rembourser leurs dettes

Une récente étude menée par la Banque CIBC révèle les difficultés rencontrées par les Canadiens dans le remboursement de leurs dettes. Entre manque d’argent et dégradation des conditions financières, les paramètres ralentissent sérieusement la liquidation de leurs créances.

Les Canadiens s’enlisent dans l’endettement

Depuis maintenant trois ans, la majorité des Canadiens se disent très préoccupés par leur niveau d’endettement, un sentiment que partagent également les dirigeants du pays. Beaucoup se sont même fixé comme priorité le remboursement de leurs dettes, en partie ou en totalité, à court terme. Un sondage mené par Harris/Decima, à la demande de CIBC, laisse clairement ressortir le contraste cinglant entre les envies de remboursement des ménages endettés et leur situation réelle. Près de la moitié des foyers interrogés s’estiment en effet toujours aussi endettés que l’année dernière, voire pire. Plus de 21 % des personnes interrogées observent un alourdissement de leurs arriérés en 12 mois. Seuls 29 % disent avoir stabilisé leur niveau d’endettement sur la même période. Le rapport signale néanmoins une baisse significative du montant des dettes de 49 % des sondés.

Pas d’argent, aucun remboursement

Plusieurs motifs peuvent expliquer la stagnation du niveau d’endettement des Canadiens. Les foyers interrogés par CIBC, évoquent eux, en premier lieu le manque d’argent. 29 % des personnes interrogées ont opté pour cette réponse. Une partie des ménages, 12 %, cite des dépenses imprévues, suffisamment importantes pour peser sur leur capacité de paiement. La situation de ces foyers semble paradoxale, sachant que très peu de familles, 6 % plus précisément, souhaitent solliciter les conseils de leur banque sur le remboursement des crédits. Or, en agissant ainsi, les Canadiens passent à côté de judicieux conseils émanant d’un professionnel sur les différentes possibilités d’échelonner le remboursement de leurs dettes ou d’établir un plan de financement adapté à leur situation.

Categories: Argent Tags:

Les canadiens peu responsables vis-à-vis de leur richesse

Selon le compte-rendu d’une recherche effectuée par CGA-Canada, il se pourrait que les Canadiens soient moins riches qu’ils ne le pensent. En effet, ils se soucient peu de la richesse qu’ils ont engrangée, et cela pourrait être source de problèmes dans le futur.

CGA Canada

Une mauvaise connaissance de leur patrimoine réel

La méconnaissance de nombreux ménages canadiens de leur patrimoine est flagrante. Environ 50 % d’entre eux ne se souviennent plus de la dernière fois où ils ont estimé leur richesse ; certains l’ont fait il y a plus d’une année, d’autres ne l’ont même jamais fait.

D’après le numéro un de la CGA-Canada, il y a de grands risques que ces ménages n’aient pas un comportement financier en adéquation avec leur patrimoine réel.

D’un autre côté, environ 29 % des ménages au Canada affirment n’avoir aucune richesse à leur actif.

D’ailleurs, seuls 30 % de ces ménages canadiens ont affirmé être conscients que la richesse engrangée est importante à leurs yeux.

Plus grave encore, environ 80 % des personnes appartenant à cette minorité consciente ont déclaré qu’il y a de grandes chances que cette richesse soit entamée, voire utilisée en totalité dans les trois ans à venir.

Un comportement financier axé vers la consommation

Les Canadiens seraient majoritairement enclins à investir les revenus supplémentaires dans la consommation, plutôt que dans un plan d’accroissement de leur patrimoine.

Rock Lefebvre, numéro deux de la CGA-Canada, a affirmé que les Canadiens ne semblent pas conscients du fait qu’un remboursement plus rapide de leur prêt hypothécaire est la voie royale vers une sécurité financière accrue. Ils semblent en effet ne pas se rendre compte du fait que même étalé sur 25 années, un prêt hypothécaire ne représente pas forcément la meilleure solution.

Categories: Argent Tags:

Les Canadiens redoublent de vigilance face à l’inflation alimentaire

Une étude faite par la banque RBC révèle que plus de 8 Canadiens sur 10 ont ressenti une augmentation des prix des produits alimentaires en 2012.

Les Canadiens sont sceptiques

L’alimentation occupe une place très importante dans le budget des ménages canadiens comme le montre une enquête récemment réalisée par la banque RBC. La flambée des prix des produits alimentaires constatée au cours de ces derniers temps a conduit une part très importante (43 %) d’entre eux à réduire le budget consacré aux autres postes de dépense. Le sondage montre également une détérioration du moral des consommateurs puisqu’ils sont près de 30 % à affirmer s’attendre à une dégradation de la conjoncture économique dans les prochains mois contre 26 % qui anticipent le contraire. Par ailleurs, 4 Canadiens sur 10 estiment que le pays est actuellement dans une triste situation. Ce taux est en hausse si l’on se réfère à ce qui a été enregistré lors de la dernière enquête trimestrielle menée par l’établissement.

Indice Prix Quebec

Les consommateurs changent de comportement

En 2012, l’inflation alimentaire avait atteint 2,4 % au Canada. Bien qu’en baisse par rapport à 2012 (3,8 %), ce taux est suffisant pour modifier radicalement le comportement des consommateurs. Les Canadiens se montrent de plus en plus économes en produits d’épicerie, note Jason Round, un planificateur financier chez RBC. Le concept de budget optimal qui prend en considération tous les postes de dépense est désormais au centre du débat. Sachant que les prix des produits changent constamment, les ménages se doivent ainsi de mettre à jour régulièrement leur budget, conclut le haut responsable. Pour l’année 2013, l’inflation globale ne dépasserait pas le seuil de 2 % selon les analystes. L’économie canadienne commence à se remettre de la crise. La flambée alimentaire n’aura qu’un impact limité sur les prix des autres produits.

Categories: Argent Tags:

Dettes.ca, une aide au surendettement en temps de crise

Le Groupe Leblanc Syndic a créé le site dettes.ca afin de répondre aux questions de nombreuses personnes surtout au Canada, concernant les problèmes d’endettement.

Le surendettement n’est pas une fatalité

Dettes.ca est un site spécialisé dans la résolution de créances et de conseil en finances personnelles. Créé par le Groupe Leblanc Syndic, il s’agit d’une banque de solutions et d’informations liées au problème récurrent du surendettement, aujourd’hui accentué par la crise.

Vous trouverez sur le site le soutien d’un agent expérimenté dans la résolution de problèmes pécuniaires, afin de retrouver au plus vite votre équilibre financier.

Le Groupe Leblanc vous met en rapport, par le biais de son nouveau site internet, avec un outil de conseil, et avec des méthodes privilégiant le côté humain et prenant en compte les attentes, les besoins des personnes en difficulté ainsi que la proposition de solutions adaptées.

www.dettes.ca

Dettes.ca, à l’écoute de chaque personne

L’endettement peut provenir d’une mauvaise gestion, d’un mauvais investissement ou aussi d’une situation personnelle problématique récurrente ou ponctuelle, comme dans le cas d’un divorce, du décès du conjoint ou d’autres paramètres.

Le portail explique dans le détail les mécanismes qui mènent à crédit qui étouffe et prodigue des conseils pour éviter de se retrouver dans cette situation.

Si vous êtes dans une situation financière difficile, il est également possible de prendre rendez-vous avec le Groupe pour cerner le problème dans les plus brefs délais et y apporter des solutions adéquates.

Qu’il s’agisse d’évaluation de votre situation d’endettement ou de témoignages et reportages vidéo sur les difficultés de prêt/crédit, vous trouverez les conseils et les solutions adéquates, pour mieux comprendre votre situation et avoir une perspective sur les actions à mener pour y faire face.

Les 7 mythes de l’insolvabilité et la faillite par Pierre Leblanc :

Note: je tiens à préciser, il ne s’agit pas d’un article sponsorisé et aucune compensation financière n’a été donnée en échange. Le site Dettes.ca fait parler de lui en ce moment avec une grande de publicité radio et tv.

Categories: Argent Tags:

Canada : la cenne descend de la scène

La Monnaie royale du Canada a cessé la mise en circulation de la cenne noire ce lundi. Le ministre fédéral des finances, Jim Flaherty l’a annoncé au cours de la présentation du budget du mois de mars. La dernière production de cette monnaie date du 4 mai 2012.

Des coûts élevés

Cette mesure a été prise en sachant que produire 1 cent coûte réellement 1,6 cent, or les Canadiens gardent en réserve des dizaines de millions de ces pièces. L’arrêt de la production de ces pièces ferait alors économiser au gouvernement environ 11 millions de dollars par an. Les Canadiens pourront continuer à utiliser ces pièces pour faire leurs achats, par contre elles seront retirées peu à peu du marché. Si le client ne dispose pas de pièces de 1 cent lors d’une opération en espèces, le commerçant devra arrondir la somme due au multiple de 5 cents le plus proche. Cette mesure devrait profiter également aux commerçants, estime Léopold Turgeon, président et directeur général du conseil Québecois du Commerce de Détail, ou CQCD. En effet, les frais de manutention de ces pièces sontrelativement élevés pour les commerçants.

Une sensibilisation de masse s’impose

Martine Hébert, vice-présidente de la Fédération Canadienne de l’Entreprise Indépendante pour le Québec, a informé que pour une transition sans impacts dommageables, des outils de formation sont mis à disposition des commerçants. Elle a ajouté que cette sensibilisation massive est un passage obligé, étant donné que les notes à payer seront arrondies à la hausse ou à la baisse. Selon un sondage réalisé par le Conseil canadien du commerce de détail, les commerçants partisans de cette rétraction progressive du sou noir seraient nombreux. 55 % d’entre eux sont confiants quant au bon déroulement des transactions en magasin et environ 75 % ont annoncé que les prix seraient arrondis à la caisse.

Categories: Argent Tags:

La Pièce de 1 Cent Canadien : c’est fini

C’était ce lundi 4 février 2013 le dernier jour de production et de distribution de la pièce de 1 sou canadien par la Monnaie royale canadienne aux institutions financières. Désormais les commerçants devront ajuster leurs prix en conséquence, en arrondissant au 5 cents supérieur ou inférieur. Une transition qui se fera progressivement dans nos magasins, épiceries et dépanneurs du coin.

Sur sa page d’accueil Google.ca célèbre la fin du 1 cent à sa façon avec un logo spécifique, comme pour lui dire au revoir :

1 sou canada

A noter que l’abandon du « sou noir » ne remettra pas en cause les montants électroniques (banques, paiements par carte de crédit Visa/Mastercard ou par chèque) qui pourront toujours se faire au sou près (car pas besoin de rendre la monnaie dessus).

Quelques illustrations du Conseil Canadien du commerce de détail :

La fin du 0,01 dollar

Autre exemple pour arrondir à 0,10 $ supérieur, 0,05$ ou unité inférieure :

arrondir dollar canada

L’histoire de la pièce de 1 centime canadien :

Le premier sou produit remonte à 1858.

1 centime Canada

Categories: Argent Tags:

La Banque du Canada dénonce les effets d’un taux de crédit trop faible

La dernière publication de la Banque Centrale canadienne prévient des effets néfastes de la faiblesse des taux pratiquée depuis 2008-2009 sur l’ensemble du système financier.

Les ménages fragilisés par le surendettement

La Banque Centrale fait état dans sa dernière publication sur le système financier du danger d’un taux d’intérêt trop bas sur l’ensemble des mécanismes financiers. Les taux très peu élevés, en vigueur depuis la grande crise de 2008-2009 sont ainsi pointés du doigt par l’établissement qui voit à terme l’affaiblissement des sociétés d’assurance et des fonds de pension. La faiblesse des taux a ainsi produit un excès de demande sur le secteur immobilier, surchauffant le marché du crédit et provoquant le surendettement des ménages. Cependant, le volume du crédit des ménages tend à baisser, souligne l’établissement qui salue le phénomène tout en regrettant que la baisse des emprunts ne suive pas les revenus dont il dispose.

90 % de crédit à taux fixe

La Banque note également que les ménages tendent de plus en plus à recourir aux emprunts à taux fixe. Les crédits sous hypothèques, à taux non variable les mettraient ainsi à l’abri d’une éventuelle hausse des taux. Ainsi, au cours de cette année, près de 90 % des Canadiens ayant contracté un emprunt bancaire y ont eu recours contre 55 % en 2010 et en 2011. Il est cependant à remarquer qu’un emprunt sur trois est actuellement à taux non fixe. La surchauffe du secteur de l’immobilier et le surendettement des ménages sont une des conséquences des taux appliquées depuis 2008 que dénoncent la publication de la Banque du Canada. Cette dernière estime que les effets du phénomène sont assez importants pour ne pas négliger la menace.

Categories: Argent Tags:

Québécois : Attention aux dettes !

L’endettement est un problème qui touche de nombreux Québécois. Des connaissances insuffisantes et une planification négligée des dépenses en sont entre autres les causes principales.

Les Québécois souffrent de l’endettement

Question Retraite a démontré récemment que seuls 15 % des salariés de 25 à 64 ans gèrent leurs revenus en fonction de leurs besoins. Selon l’organisme, 30 % des Québécois de 55 à 64 ans ont même des arriérés sur leurs cartes de crédit, dus notamment à une mauvaise planification de leurs finances et à la surconsommation. L’ACP ajoute que l’endettement est aussi lié aux finances précaires de beaucoup de consommateurs. L’association indique que 30 % des travailleurs dépensent intégralement leurs salaires et n’ont ainsi aucune flexibilité financière. Or, il est conseillé de mettre 10 % de son salaire net de côté. Un retard de salaire crée alors une situation difficile pour 47 % des Canadiens, le moindre imprévu pouvant alourdir les dettes.

Des dettes en hausse au Canada

D’après les chiffres de TransUnion, la dette moyenne des ménages, hors hypothèque, était estimée à 26 221 $ au mois d’août, un record pour ces 8 dernières années. La situation de certains Canadiens est d’ailleurs plus préoccupante. C’est le cas de Charles et Nadia, dont les dépenses excèdent les revenus de 1000 $ tous les mois, et ont une dette de 66 000 $, hors hypothèque. En incluant 6000 $ dus au RQAP, et qui sont liés à un trop-perçu durant le dernier congé de maternité de Nadia, l’endettement du couple atteint 72 000 $. Heureusement, il lui est encore possible de corriger la situation. Karina Audet, planificatrice financière, préconise un plan comprenant notamment un crédit hypothécaire fractionné pour régler les dettes.

sources : lapresse, canoé

Categories: Argent Tags:
Pages: 1 2 3 Suivant