Barclays révise son opinion sur Banque Nationale

D’après les analystes de Barclays Capital, la Banque Nationale se trouve actuellement en pôle position des institutions bancaires canadiennes en terme de potentiel d’accroissement du dividende trimestriel.

Banque Nationale, numéro un au Canada


Les dernières études effectuées par les analystes de Barclays Capital ont permis à la Banque Nationale de se classer parmi les valeurs favorites de l’institution financière britannique. Pour ériger un classement des banques canadiennes, le courtier s’est basé sur le potentiel d’accroissement du dividende trimestriel de chacune des institutions. Le dividende de la Banque Nationale étant fortement élevé par rapport à ses concurrentes, Barclays a décidé de réviser ses avis concernant le portefeuille du groupe. Si auparavant cet indicateur faisait l’objet d’une pondération égale, actuellement les recommandations du courtier passent à « surpondérer ». Lors des derniers échanges boursiers, les titres de la société financière sont valorisés à 75,36 dollars, soit une progression de 74 cents par rapport aux précédentes cotations.

Qu’en est-il des autres groupes bancaires canadiens ?

Scotia se hisse également parmi les valeurs fétiches du courtier britannique en passant à « surpondérer ». En effet, cet indice boursier a gagné la confiance des analystes grâce à la l’accroissement du potentiel du groupe sur le plan international. D’autres valeurs comme celle de la Banque Royale, la CIBC et la Banque de Montréal, quant à elles perdent de l’estime. Cette baisse d’appréciation est attribuée à la réduction de leur dividende, engendrée par une importante baisse de leur marge bénéficiaire. D’après l’analyste John Aiken, le ralentissement global de l’économie sur le territoire canadien est à l’origine du déclin de l’activité des sociétés financières et de la progression du taux de chômage dans le pays.

Ajouter un commentaire