Étude : Les Québécois plus économes qu’investisseurs


Selon une récente étude menée par la Banque Scotia, il semblerait que la plupart des Québécois seraient plus portés par l’épargne que les investissements. En effet, les habitants du Québec jugent plus facile d’épargner que d’investir. Cette étude souligne le fait que dès que les Québécois entendent parler d’investissement, la première chose qui traverse leur esprit est l’argent, comme en témoigne les 22 % des gens qui ont été interrogés, tandis que lorsque ces mêmes personnes entendent parler d’épargne, ils pensent en premier lieu à la retraite (33 %).

Cette étude menée par Harris/Decima pour le compte de la Banque Scotia soulève donc quelques questions sur les habitudes financières des Québécois, qui eux, pensent à 41 % qu’il est plus facile d’épargner que de placer leur argent, tandis que seulement 11 % d’entre eux pensent que cela est totalement le contraire. En ce qui concerne les personnes restantes, ils pensent que la différence entre l’épargne et l’investissement n’existe pas, vu que les deux opérations sont aussi faciles (22 %) ou aussi difficiles (27 %) l’une de l’autre. En réponse aux résultats obtenus par cette étude, la Banque Scotia s’est donné comme objectif d’aider les Québécois à placer, mais aussi à épargner l’argent qu’ils gagnent. Cette étude a été principalement effectuée afin de déterminer ce que pensent les Québécois de ces deux démarches afin de mieux les guider.

Selon Diane Giard, la première vice-présidente de la Banque Scotia au Québec et à l’est de l’Ontario, a tenu à souligner que le nouveau programme « Que l’épargne commence ! » servira non seulement à aider les Canadiens à améliorer leurs habitudes en ce qui concerne l’épargne, mais également en ce qui concerne les placements et l’emprunt de manière générale.