Rubrique:

Finance Economie

Un tiers des Québécois ignore le phénomène de l’inflation

Terme utilisé quotidiennement pour désigner la diminution du pouvoir d’achat et l’augmentation du coût de la vie, l’inflation est un mot qu’un tiers des Québécois ignore selon des études menées par des chercheurs de l’Université de Montréal, au Canada.

La littératie financière frappe au Québec

Avec le taux d’endettement qui ne cesse de faire rage au Canada, des chercheurs de l’ESGU de Québec (École de recherche en analyse organisationnelle) ont décidé de réaliser des sondages auprès des habitants des provinces canadiennes pour comprendre s’ils connaissent la vraie signification de l’inflation. D’après les études des deux chercheurs du CIRANO, Pierre-Carl Michaud et David Boisclair, ainsi que la célèbre économiste Annamaria Lusardi, moins de la moitié des personnes sondées de moins de 35 ans comprend la véritable signification du phénomène de l’inflation.

Les sondages menés en mai 2012 ont été composés de trois questionnaires ouverts. La deuxième question se basait sur de simples calculs basiques de type : « un compte épargne de 100 $ avec un taux d’intérêt de 2 % par an vaudra combien après 5 ans ». Les réponses sont au choix : a) plus de 102 $ ; b) 102 $ ; c) moins de 102 $ ; ou d) je ne sais pas. D’après les statistiques, seulement 22 % des sondés ont trouvé la bonne réponse (a). Le taux d’échec a ainsi dépassé de plus de 25 % au Québec et dans les autres provinces canadiennes.

Le troisième sondage se basait sur une simple question de réflexion avec un « oui » ou un « non », mais au final, seulement 42 % de la population canadienne ont réussi les trois tests proposés. Ces résultats sont comparables aux études similaires réalisées en Europe, aux États-Unis et au Japon.

Categories: Finance Economie Tags:

La philanthropie et les œuvres de charité attirent toujours plus de Canadiennes

Kim KiyosakiLes Canadiennes sont de plus en plus nombreuses à se vouer aux activités de dons de charité et de philanthropie. En effet, une étude a démontré que les femmes étaient plus nombreuses que les hommes à faire des dons de charité au Canada.

En 2012, ce sont près de trois milliards de dollars que les Canadiennes ont versés en faveur des associations et organismes de charité. D’après une responsable au sein de TD, ces chiffres font ressortir une augmentation d’environ 50 % par rapport aux activités d’il y a dix ans. L’étude dénommée Time, Treasure and Talent : Canadian Women and Philanthropy démontre que les femmes occupent une place de plus en plus prépondérante dans le secteur des œuvres de charité. Elles s’impliquent à fond dans les actions de bénévolat et leur soutien actif aux organisations caritatives a une influence très visible sur le patrimoine. Actuellement, l’un des objectifs de ces femmes canadiennes est de mettre en place des relations bilatérales sur le long terme avec des institutions de charité qui bénéficient d’un important soutien financier de leur part.

Pour optimiser leur action, les Canadiennes essaient d’obtenir une évaluation de la structure, de la nature et du niveau financier de l’organisme de charité avant de s’engager dans un don quelconque. En effet, si le sentiment qui anime ces donatrices est surtout le désir de venir en aide aux nécessiteux, et de jouer un rôle d’aide important auprès des organismes de charité, elles veulent quand même savoir à quoi leurs dons vont servir. Au service des conseils philanthropiques de chez TD Patrimoine, une responsable a expliqué que les Canadiennes ressentent un besoin grandissant de connaître l’interaction de la philanthropie et de la stratégie financière globale, d’avoir plus d’informations sur les structures à mettre en place pour laisser un héritage aux plus démunis.

source : TD

Categories: Finance Economie Tags:

Les spéculations autour de la hausse des taux d’intérêt au Canada commencent avec l’inflation en hausse

Pour le mois de mai, l’inflation annuelle du Canada est passée outre le niveau attendu par la Banque du Canada. Il s’agit d’une première en deux ans. Les analystes parlent déjà d’une possible hausse des taux d’intérêt de la banque centrale.

Le dollar canadien a terminé en hausse de 0,61 cent US vendredi dernier, à 91,1 cents USD. Cet événement est survenu après l’annonce de Statistique Canada sur l’inflation annuelle qui aurait augmenté de 3 dixièmes de point en mai, à 2,3 %. Par ailleurs, l’augmentation des prix de l’énergie et dans d’autres secteurs a soutenu cette orientation du huard.

Ce rapport a créé la stupeur chez les économistes, les marchés voire la banque centrale. En effet, nombreux d’entre ces acteurs misaient sur une inflation restant stable autour de 2 %. Et voilà que l’inflation de base se montre frivole et ne tient même pas compte des produits très volatils.

De nombreux acteurs du marché se tournent alors vers Stephen Poloz, le gouverneur de la Banque du Canada. Les observateurs s’attendent à ce qu’il nuance son avertissement au sujet du risque de faible inflation et qu’il applique une hausse des taux d’intérêt bien avant la date prévue ; ce qui rendrait plausible la hausse du huard d’un demi-cent.

Douglas Porter, économiste en chef chez BMO marché des capitaux, estime quant à lui que la Banque du Canada agira sur les taux plus tôt que prévu, même si ce n’est pas dans l’immédiat. Si la grande majorité des économistes pensent que la hausse des taux venant de la banque centrale aura lieu en mi-2015, il faut s’attendre à ce que la donne change en cours de route si les résultats économiques des mois à venir devaient être similaires à ceux recensés au mois de mai.

Categories: Finance Economie Tags:

Passe-temps : un investissement privilégié par les Canadiens aisés

Une étude menée par la BMO révèle que plus de 50 % de la population aisée du Canada investirait aujourd’hui dans un passe-temps. En effet, près de 20 % du portefeuille des Canadiens fortunés est consacré à un hobby.

Un placement divertissant

En procédant à une enquête sur les placements dans un hobby, BMO Banque privée Harris a découvert que plus de 50 % des Canadiens de la classe aisée investissent dans un passe-temps. 49 % trouvent ce type de placement divertissant, tandis que 44 % investissent dans un hobby pour allier placement et intérêts personnels. Divers autres motifs poussent également 26 % des Canadiens aisés à investir dans l’acquisition d’un patrimoine à transmettre à leurs enfants contre 23 % préférant placer leurs fonds en objets prenant de la valeur à long terme. Quelque 20 % effectuent également des placements en vue de faire valoir leur statut social.

Des objets qui fascinent

Entre les bandes dessinées et les oeuvres d’art, les investisseurs fortunés canadiens consacrent près de 20 % de leurs revenus à un hobby, qu’il s’agisse d’étoffer une collection ou de diversifier leur portefeuille. Les pièces de monnaie passionnent 22 % de ces investisseurs. 21 % des sondés se sont dits passionnés par les objets d’art, avec 20 % d’entre eux passionnés par les ouvrages antiques. Par ailleurs, les timbres authentiques passionnent 11 % de ces personnes aisées. Ce domaine est talonné par le vin qui séduit 10 % de la population riche du Canada. Les voitures anciennes de même que les objets sportifs de collection captivent également les investisseurs riches, respectivement à 7 % et 6 %.

source : bmo

Categories: Finance Economie, Investissement Tags:

Canada : un niveau d’endettement toujours élevé

D’après les statistiques établies par Equifax, le niveau d’endettement reste élevé au Canada. Au Québec et à Toronto, la demande de crédit a connu une hausse de 1,9 % depuis le premier trimestre de cette année.

L’Ouest canadien augmente sa demande de crédit

Selon l’agence de surveillance du crédit Equifax, l’Ouest canadien affiche une hausse considérable de la demande de crédit ces quatre derniers trimestres, tandis que les provinces maritimes ralentissent leur demande. Les statistiques de janvier à mars soulignent que la dette à la consommation dans l’ensemble, y compris les hypothèques, reste largement élevée, soit 1422 milliards environ contre 1330 milliards l’année dernière de la même période.

Selon Equifax, le niveau d’endettement au Canada reste raisonnable même si la demande de crédit des consommateurs augmente dans certaines régions. Elle a grimpé de 2,7 % durant le premier trimestre de cette année. Le rapport de l’agence a également montré une légère baisse des faillites des consommateurs et des taux de défaillance. Les retards de paiement de plus de 90 jours ont reculé de 3,9 %. Par ailleurs, la demande de carte de crédit et les crédits à tempérament ont respectivement augmenté de 4,8 % et 11,8 % d’après encore le rapport de l’agence. Toutefois, les soldes de la demande de nouvelles cartes de crédit sont moins élevés malgré cette augmentation.

Dans les provinces maritimes, la demande de carte de crédit a reculé de 2,8 % durant le premier trimestre si elle a augmenté de 6,5 % dans l’Ouest canadien. Durant deux trimestres consécutifs, Québec a enregistré une baisse de demande de crédit de 0,8 % avant d’augmenter de 1,9 % entre janvier et mars cette année. En Ontario, la demande de crédit a également augmenté de 1,1 % durant cette même période.

Source: yahoo finance

Categories: Finance Economie Tags:

Décès de l’ex-candidat à la Mairie de Montréal : Marcel Côté

marcel cote
Choc dans le paysage politico-économique montréalais avec la mort subite de l’économiste Marcel Côté (une crise cardiaque lors de sa participation au Défi métropolitain à vélo dans la région de Lanaudière).

Monsieur Côté était associé fondateur de la société Secor. Si nom vous dit quelque chose c’est parce qu’il était aussi candidat à la mairie de Montréal contre un certain … Denis Coderre, l’actuel maire de Montréal.

« Natif de Malartic, il obtient un baccalauréat en science physiques de l’Université d’Ottawa en 1966 ainsi qu’une maîtrise en sciences économiques de l’Université Carnegie Mellon (Pittsburgh, Pennsylvanie) en 1969. Il a de plus reçu le titre de Fellow du Weatherhead Center for International Affaires de l’Université Harvard en 1986. » [wikipedia]

Marcel Côté avec enseigné à l’Université de Montréal et de Sherbrooke, avait été conseiller économique du premier ministre du Québec Robert Bourassa. En 1989 et 1990, il a détenu le poste de directeur Planification stratégique et communication du premier ministre du Canada Brian Mulroney.

Il a siégé aux conseils d’administration de la Corporation minière Osisko et de Empire limitée (Sobeys, IGA), d’ING banque du Canada, d’Intact Corporation financière, du YMCA de Montréal, le Cercle des mentors des YMCA du Québec et au conseil d’administration de la Fondation du Grand Montréal.

« C’est avec beaucoup d’émotions et de tristesse que nous avons appris le décès de notre ami, de notre complice, de notre allié », a dit le maire de Montréa Denis Coderre, qui a offert ses condoléances à la famille du défunt et aux membres du parti Coalition Montréal. (via lesaffaires)

Categories: Finance Economie Tags:

Le Salaire minimum est maintenant de 10,35 $ de l’heure au Québec

travail qc
C’est aujourd’hui jeudi 1er mai 2014 que le salaire minimum est officiellement augmenté à 10,35 dollars de l’heure au Québec. Il s’agit d’une augmentation de 0,20$. C’est mieux que rien même si c’est loin de faire l’unanimité… En comparaison en Ontario, le salaire minimum est de 11$ par heure (1er juin 2015) alors qu’aux Etats-Unis il est de 10,10$ (1er janvier 2015) et en France de 14,51 $ de l’heure (9.53 euros).

90% des 345 000 travailleurs (dont 213 000 femmes) rémunérés au salaire minimum sont dans l’industrie des services comme l’hôtellerie, la restauration et le commerce de détail.

« Le taux du salaire minimum payable aux employés au pourboire sera majoré de 8,75 $ à 8,90 $ l’heure. En ce qui a trait au salaire minimum payable aux travailleurs de certains secteurs de l’industrie du vêtement, il sera porté de 10,15 $ à 10,35 $.
Dans le secteur horticole, les cueilleurs de framboises et de fraises continueront d’être payés au rendement pour la prochaine année. Le taux du salaire minimum pour les cueilleurs de framboises passera de 2,98 $ à 3,04 $ du kg, et de 0,79 $ à 0,81 $ du kg pour les cueilleurs de fraises. »

En comparaison, voici les salaires minimaux dans les autres provinces canadiennes :

Alberta 9,40$ (1er septembre 2011)
Colombie-Britannique 9,50$ (1er novembre 2011)
Île-du-Prince-Édouard 10,003$ (1er avril 2012)
Manitoba 10,00$ (1er octobre 2011)
Nouveau-Brunswick 10,00$ (1er avril 2012)
Nouvelle-Écosse 10,15$ (1er avril 2012)
Nunavut 11,00$ (1er janvier 2011)
Québec 10,35$ (1er mai 2014)
Ontario 11$ (1 Juin 2014)
Saskatchewan 9,50$ (1er septembre 2011)
Terre-Neuve-et-Labrador 10,00$ (1er juillet 2010)
Territoires-du-Nord-Ouest 10,00$ (1er avril 2011)
Yukon 10,30$ (1er mai 2012)

Categories: Finance Economie Tags:

La construction de nouvelles tours démesurées annoncerait un retournement de l’économie

Lancé il y a deux ans, le Skyscraper Index de Barclays met en corrélation la construction de tours géantes dans le monde (l’exemple le plus évident est celui du Burj Khalifa à Dubaï) et les périodes économiques difficiles dans le monde. Et à la vue de ce qui se prépare actuellement, on peut commencer à avoir pour l’économie… Par exemple l’Arabie Saoudite s’apprête à débuter la construction de la Kingdom Tower dès la semaine prochaine à Jeddah. Si vous n’êtes pas au courant cette tour de 1.23 milliard de $ sera la plus haute du monde, avec 3280 pieds (1000 mètres ou 1km de hauteur!), soit 568 pieds plus haute que le Burj Khalifa de Dubaï.

Et je ne vous parle même pas de la Sky City de Changsha, Hunan en Chine avec ses 2749 pieds de haut (837 mètres) qui aura le titre de plus haute construction du monde seulement temporairement, en attendant l’achèvement de la Kingdom Tower.

Historiquement, les périodes dans lesquelles sont construites ces folies humaines (comme à Dubaï, voir l’illustration de Barclays ci-dessous) semblent coincider avec des périodes de crises économiques, locales et mondiales. On est prévenu. Surtout que depuis 2008, le Dow Jones a doublé et le Nasdaq triplé de valeur. Est-on dû pour un retournement majeur comme en 2008 ?

crise economie tours immenses

Categories: Finance Economie Tags:

Voici la liste des 20 meilleurs employeurs au Canada

RandstadAward3

Les Prix Randstad récompensent les meilleurs employeurs au pays selon un sondage effectué par ICMA International auprès de 8500 canadiens. On ne connait pas encore le gagnant mais la liste des 20 premiers employeurs (pas classés dans l’ordre).

Assurés d’être dans le Top 5 :

Bombardier
CAE
Canadian Solar
IBM Canada
WestJet Airlines

De la 6è à la 20è place (pas dans l’ordre) :

Air Canada
Air Transat
ATCO
The Beer Store
Bruce Power
Coca-Cola Canada
Fairmont Hotels & Resorts
GoldCorp
Honda Canada
Indigo Books & Music
Kraft Canada
Molson Coors
Pratt & Whitney Canada
Suncor Energy
TD Bank

Categories: Finance Economie Tags:

900 numéros d’assurance sociale volés au Canada [Heartbleed]

NAS

La faille de sécurité Heartbleed a fait ses premières victimes auprès du gouvernement canadien : l’Agence du revenu du Canada (ARC) a avoué aujourd’hui que 900 numéros d’assurance sociale (NAS) avaient été compromis. C’est pas joli joli. Les personnes victimes du vol de leurs informations vont être contactées dans les prochains jours par courrier recommandé uniquement (pas par email ni par téléphone). Une procédure et des directives leur seront fournies pour savoir comment gérer la situation.

Et ce premier chiffre de 900 NAS volés pourrait également être revu à la hausse dans les prochains jours.

« La faille informatique Heartbleed s’en est pris aux sites Web de l’ARC la semaine dernière. L’Agence a suspendu dès mardi l’accès en ligne des contribuables à des fins de sécurité. D’autres ministères fédéraux l’ont ensuite imitée. Se servant de cette faille, des pirates informatiques peuvent soutirer des renseignements personnels confiés par des utilisateurs à des sites Internet, comme des mots de passe, des numéros de comptes bancaires et d’autres informations confidentielles. » [source : lactualite]

Categories: Finance Economie Tags:

Décès de Jim Flaherty

image : jimflahertymp.ca

Jim Flaherty est mort aujourd’hui à l’âge de 64 ans chez lui à Ottawa, quelques jours seulement après avoir donné sa démission en tant que ministre des Finances du Canada.

L’honorable James Michael « Jim » Flaherty, C.P., (né le 30 décembre 1949 et décédé le 10 avril 2014) est un homme politique canadien et ancien ministre des Finances au sein du gouvernement de Stephen Harper. (source: wikipedia)

Mr Flaherty était atteint d’une maladie de la peau rare depuis près d’un an mais sa mort serait attribuable à un arrêt cardiaque.

Jim Flaherty était originaire de Lachine à Montréal.

image : jimflahertymp.ca

Categories: Finance Economie Tags:

Joe Oliver continue le combat de Jim Flaherty

Joe Oliver, nouveau ministre des Finances, a affirmé vouloir suivre de près le marché bancaire, après la baisse du taux hypothécaire de la BMO. À titre de rappel, son prédécesseur Jim Flaherty s’était également inquiété à ce sujet.

Le successeur de Jim Flaherty a rappelé que par le passé le gouvernement fédéral a pris des décisions pour faire baisser le niveau d’endettement des ménages, et qu’il veillera à suivre de près le marché.

Le taux fixe sur cinq ans de la Banque de Montréal est actuellement à 2,99 %, alors qu’auparavant il se plaçait à 3,49 %. Cet établissement se place donc en pionnier parmi les grandes banques qui appliquent des taux bas depuis cinq ans. L’ancien ministre Jim Flaherty avait publiquement annoncé son désaccord sur le sujet au mois de mars 2013, demandant aux autres banques de ne pas en faire de même, car estimant que la notion de prêt responsable était à inculquer. De même, des taux à un si bas niveau pourraient entraver sa volonté de ralentir un peu le marché immobilier.

Ayant annoncé sa démission au début du mois de mars, M. Flaherty a officiellement quitté ses fonctions de ministre des Finances pour retourner à une carrière dans le secteur privé. Toutefois, la coïncidence entre la démission du ministre et la baisse des taux a été relativisée par le porte-parole de la BMO qui a annoncé que seule la baisse du rendement des obligations est la raison de cet affaissement des chiffres. À ce jour, d’autres établissements financiers canadiens ont également réduit leurs taux, dont la TD qui a ajusté son taux fixe sur 4 ans à 2,97 %. La Banque Scotia propose aussi un taux de 2,94 % pour la même durée.

Categories: Finance Economie Tags:

Croissance économique : la RBC plus optimiste que les autres

D’après les estimations de la Banque Royale, l’année 2014 et celle d’après afficheront une croissance économique considérable.

Malgré un début d’année en demi-teinte, la croissance économique du Canada devrait être de 2,5 % en 2014 d’après ce que la Banque Royale a publié dans ses perspectives économiques et financières. La Banque Royale prédit également une augmentation de cette croissance à 2,7 % pour l’année à venir.

En comparaison avec les estimations de la Banque du Canada, celle de la Banque Royale semble un tantinet plus optimiste. En effet, la Banque du Canada table sur une croissance économique de 2,5 % pour 2014 et pour 2015. Quant aux estimations des autres organismes du secteur privé, les chiffres sont encore moins optimistes.

Concernant le dollar canadien, la Banque Royale pense que la descente du huard n’est pas encore arrivée à son terme ; et que d’ici la fin 2014 cette monnaie vaudra 87 cents USD pour finir à 85 cent USD avant la fin 2015.

Craig Wright, économiste en chef à la Banque Royale pense que les exportateurs canadiens sont en train de récolter des bénéfices de la croissance économique des États-Unis face à la faiblesse du dollar canadien. En effet, lorsque la devise est faible, les exportations canadiennes sont peu coûteuses sur les marchés étrangers. À contrario, cela rend les importations plus chères pour les Canadiens.

Le mardi 18 mars, le huard a clôturé à 89,79 cents USD, pour reculer encore de 0,40 cent USD le lendemain. D’après la Banque du Canada, c’est à la fin du mois de janvier que le dollar canadien a été à son plus bas niveau en 2014, soit à 89,09 USD. À titre de rappel, c’est en février 2013 que le huard a clôturé au dessus du dollar US dans la parité pour la dernière fois.

Categories: Finance Economie Tags:

Le Québec réclame son indépendance, mais veut conserver le dollar canadien

Candidate à sa propre succession, Pauline Marois qui est distancée dans les sondages par le leader du Parti libéral du Québec, passe à l’offensive et multiplie les promesses pour regagner la confiance des électeurs.

photo : wikipedia

photo : wikipedia

Conserver le dollar canadien

La chef péquiste a déclaré dans l’un de ses discours électoraux qu’elle continuera à lutter pour la souveraineté du Québec. Pauline Marois a tenu à rassurer qu’elle veillera à la libre circulation des personnes et des biens entre les provinces du Canada et le Québec. La candidate du Parti Québécois ne fournit pas de détails concernant les moyens dont elle dispose, mais elle n’a pas caché son souhait de conserver le dollar canadien. Le Québec indépendant se conformera aux stratégies et politiques mises en place par la banque centrale canadienne.

Réduction de 50% des dettes

Mme Marois a fait savoir que son équipe, si elle se fait élire une seconde fois mettra en oeuvre le budget qu’elle a déjà soumis au parlement en février dernier. La PM explique que les hausses des dépenses seront limitées à l’exception de celles se rapportant à la santé et à l’éducation. Celle-ci promet également qu’elle ramènerait les dettes du Québec au dessous de 50% de la valeur du PIB – Produit intérieur brut – à l’horizon 2019.

Satisfaites des actions réalisées

La première ministre du Québec se dit par ailleurs satisfaite des actions menées par son équipe durant son mandat. Pauline Marois menant campagne dans la Capitale-Nationale – une région où son parti n’est représenté que par deux députés – a affirmé que son équipe a répondu aux attentes de la population locale : c’est-à-dire la recherche de solutions pour garantir une gestion saine des comptes publics. La candidate péquiste se dit confiante quant au soutien de la population de la Capitale-Nationale.

Categories: Finance Economie Tags:

Le Canada affiche un endettement contrasté, mais globalement en hausse

L’agence de surveillance de prêts TransUnion a récemment publié une étude démontrant que le niveau d’endettement personnel des Canadiens connaîtra un pic au cours de cette année 2014.

La dette moyenne du consommateur canadien était de 27368 dollars au 31 décembre dernier. L’agence TransUnion estime toutefois que ce montant se hissera à 28853 dollars à la fin de l’année 2014. À savoir que ce montant n’inclut pas les dettes hypothécaires. Un responsable de l’agence, Thomas Higgins, affirme qu’il est important de faire savoir aux citoyens qu’il est indispensable de réduire l’endettement. La situation actuelle au Canada ne laisse d’ailleurs présager aucune baisse de cet endettement, ajoute M. Higgins.

Par ailleurs, l’étude a également souligné que le quatrième trimestre de l’année 2013 a également affiché une baisse du taux de délinquance. Il est donc possible d’en conclure que les consommateurs sont capables d’assurer le remboursement de leurs dettes. Thomas Higgins souligne toutefois le fait que les emprunteurs seraient les premiers affectés dans le cas où un problème venait à peser sur l’économie ainsi que sur les taux d’intérêt de crédits.

Pour ce qui est de l’année 2013, ce sont les Vancouvérois qui se sont le plus endettés, avec un montant moyen de 41077 dollars. Par rapport à l’année 2012, ils affichent une augmentation de 7 % de leur endettement. Cela est dû aux salaires locaux qui sont généralement plus élevés, permettant aux emprunteurs d’augmenter leur capacité d’emprunt. À contrario, les habitants de Montréal ont pu baisser leur niveau d’endettement à 18563 dollars en moyenne par rapport aux 19651 dollars enregistrés en 2012. Cette tendance s’explique par les nouvelles habitudes des consommateurs qui ne font de gros achats qu’après avoir économisé, leurs salaires ne leur permettant pas d’excès.

Categories: Finance Economie Tags:

L’hypothèque, une réalité à affronter pour la classe moyenne canadienne

Une étude interne du ministre fédéral de l’Emploi a démontré que la classe moyenne canadienne est obligée de mettre son avenir en hypothèque pour pouvoir subsister, et que le rêve canadien relève plus du mythe que de la réalité.

Contrairement aux déclarations d’Ottawa il y a quelques semaines, il a été démontré que la classe moyenne rencontre de grosses difficultés à assumer les différentes dépenses quotidiennes. Une copie de cette récente étude du ministère de l’Emploi a été communiquée à la presse, selon la Loi d’accès à l’information en vigueur dans le pays. Le Canada a connu une stagnation des salaires des travailleurs appartenant à la classe moyenne entre 1993 et 2007. Par ailleurs, le rapport stipule que la vulnérabilité des ménages de la classe moyenne face aux chocs financiers est plus importante.

C’est au terme d’une étude interne de trois années que ce document a été rédigé. L’analyse dévoile que depuis 15 années, les salaires des travailleurs de la classe moyenne n’ont progressé que de 1,7 %. Il est donc évident que les ménages de la classe moyenne ne sont pas assez récompensés par le marché, ce qui limite considérablement l’augmentation de leurs revenus contrairement aux familles nanties.

L’étude met également en évidence le niveau inquiétant de l’endettement des Canadiens de classe moyenne. La plupart d’entre eux vivant au-dessus de leurs moyens, ils sont obligés d’hypothéquer leur avenir afin de conserver un tel train de vie. Encore plus alarmantes, les probabilités que les salaires des Canadiens issus de la classe moyenne puissent atteindre des niveaux plus élevés sont faibles.

Categories: Finance Economie Tags:

Le Ministère du Travail annonce avec un retard la hausse du salaire minimum

Alors que l’évolution du salaire minimum est prévue chaque année au mois de décembre, ce n’est que tout récemment que le gouvernement Marois a déclaré la hausse salariale pour 2014.

La hausse du salaire minimum a enfin été déclarée par le Ministère du Travail. Nombreux estiment que ce décalage du planning est probablement dû aux élections à venir dans peu de temps. C’est pourtant une supposition que la ministre Agnès Maltais a vite fait de démentir à sa sortie d’une réunion du conseil des ministres. La ministre du Travail affirme en effet qu’aucun calcul politique n’est à la source de cette décision et que ce retard était dû à son emploi du temps fortement pris par la question des régimes de retraite. C’est donc au mois de janvier que le processus a été lancé avec les comités ministériels, suivant la sortie de la décision gouvernementale le 5 février 2014.

L’année dernière, c’est une hausse de 0,25 dollar de l’heure que le gouvernement avait annoncée, à la date du 20 décembre. Cette année, l’augmentation du salaire minimum sera à hauteur de 0,20 dollar par heure. Techniquement, cette hausse d’environ 2 % est estimée légèrement supérieure à l’inflation. Les salariés au pourboire toucheront donc désormais 8,90 dollars de l’heure et non 8,75 dollars. Ceux qui oeuvrent dans l’industrie verront leur salaire passer de 10,15 dollars à 10,35 dollars de l’heure. Il est important de noter que cette hausse du salaire est très importante pour l’économie du pays, dans la mesure où ce ne sont pas moins de 345000 personnes qui travaillent en touchant un salaire minimum. Cette décision prendra effet à la date du 1er mai 2014, comme à l’accoutumée lors de la fête du Travail.

Categories: Finance Economie Tags:

L’économie souterraine pèse 2,3 % du PIB du Canada

L’économie canadienne est minée par les activités au noir. Les chiffres publiés par Statistique Canada en dit long sur les pratiques d’activités souterraines dans cet état de l’Amérique du Nord.

40,9 milliards de dollars
L’économie souterraine a été évaluée à 40,9 milliards de dollars en 2011. Statistiques Canada précise que sur cette somme, environ 20 milliards de dollars ont servi à régler des salaires de travailleurs au noir et aussi des pourboires n’ayant pas fait l’objet de déclaration. Cet organisme indique que ces entreprises ont leur poids dans le tissu économique local parce qu’elles ont généré 2,3 % du PIB – Produit intérieur brut – canadien au cours de la période considérée. Ce chiffre semble se maintenir au cours de la dernière décennie.

Le secteur immobilier en tête
Les auteurs de cette enquête révèlent que ce sont surtout les entreprises de construction immobilière qui recrutent des travailleurs au noir. Ces opérateurs emploient 28 % de cette main-d’oeuvre clandestine. Le domaine de la finance et celui de l’assurance sont également gangrenés par ce fléau à en croire les conclusions de Statistique Canada. Les sociétés immobilières et celles qui proposent des services de gestion de portefeuille sont aussi pontées du doigt.

Des entreprises qui échappent au contrôle de l’État
Les chiffres diffusés par Statistiques Canada sont révélateurs d’une faille dans le système fiscal canadien. En effet, certaines entreprises locales versent dans des pratiques frauduleuses pour réduire leurs charges. Cette structure considère comme économie souterraine toutes les activités économiques légales ou non, mais échappant au dispositif de contrôle de l’État du fait de leur caractère non officiel ou illégal. Sont toutefois exclues de cette définition les ventes et la distribution de produits stupéfiants ou encore la prostitution.

Source : lesaffaires

Categories: Finance Economie Tags:

Résolutions 2014 pour les Canadiens : la santé et les finances aux deux premiers rangs

Une récente étude a démontré que les Canadiens attachent beaucoup d’importance à leurs finances, même si ces dernières ne se retrouvent qu’en deuxième place de leurs bonnes résolutions pour cette année 2014.

Avec la nouvelle année viennent forcément les nouvelles résolutions. D’après cette étude menée par l’institut Info-retraite BMO, ces résolutions portent en premier lieu sur la mise en forme et la santé, puis sur les finances personnelles. Viennent ensuite les résolutions concernant les initiatives personnelles à savoir faire du bénévolat, continuer ses études ; puis les résolutions d’ordre affectives comme faire de nouvelles rencontres ou avoir des projets de mariage, etc. En dernier plan viennent les résolutions concernant la vie professionnelle, comme la volonté d’obtenir une promotion ou le fait de changer de carrière. Comme quoi, les ménages canadiens sont conscients de l’importance de la gestion de leurs finances.

Un responsable de la banque BMO a affirmé par ailleurs être ravi de savoir que beaucoup de Canadiens considèrent la gestion de leurs finances comme une des priorités pour l’année à venir. En effet, les ménages pourront dresser un plan financier et ainsi suivre la progression de leurs projets à court, moyen ou long termes. Ils pourront alors planifier leurs projets comme l’épargne pour le financement des études des enfants ou encore l’acquisition future d’un logement, etc. Grâce au plan financier établi avec la banque, il est alors possible d’établir un plan d’action pour que tous ces projets aboutissent en temps voulu.

Toujours d’après cette étude, il a été établi que 60 % des personnes sondées ont par le passé déjà respecté leurs résolutions du Nouvel An par rapport aux financiers et aux projets, tandis que 42 % seulement ont respecté leurs nouvelles résolutions au niveau de la santé.

source: bmo

Categories: Finance Economie Tags:

Le Québec bientôt le roi du pétrole ?

Le gouvernement québécois prévoit d’exploiter le pétrole sale et de l’acheminer par des pipelines. Québec Solidaire tire la sonnette d’alarme et rappelle les objectifs de l’État en termes de protection de l’environnement et d’indépendance énergétique.

Vers un Québec vert et indépendant énergétiquement

Québec Solidaire a mis sur pied un plan audacieux pour tous les Québécois et les Québécoises : promouvoir le développement des énergies écologiques afin de se délester du pétrole dans les moindres délais. En effet, le Québec est capable de devenir un leader dans ce domaine, et de propulser son économie en créant des milliers d’emplois dans l’énergie verte. Les atouts du pays ne manquent d’ailleurs pas, à l’image du domaine de l’hydroélectricité qui est plus profitable que jamais, surtout pour fournir de l’énergie électrique aux transports en commun. De plus, les Québécois disposent d’une expérience particulière en terme de géothermie, de solaire et d’éolien, ce qui peut faire naître une importante économie d’énergie sur le long terme.

Le gouvernement ne l’entend pas de cette oreille

Les trois partis politiques québécois semblent vouloir tenir un autre langage. Ils sont d’accord pour exploiter le pétrole. Cela est malheureux et illogique en même temps, étant donné que l’État s’est fixé un objectif du siècle, qui est la réduction des GES. En agissant de la sorte, le gouvernement entraînerait le Québec vers une dépendance inévitable à l’or noir et vers une hausse du dollar canadien. De plus, le gouvernement compte exploiter le pétrole qui est contenu dans le sable bitumineux, et le transporter avec des pipelines. Est-il encore nécessaire de rappeler qu’il s’agit là du pétrole qui pollue le plus au monde ? Québec Solidaire invite le gouvernement à se concentrer sur la préservation des terres agricoles, des rivières, et de toutes les conséquences néfastes de l’exploitation de ce pétrole polluant.

Source

Categories: Finance Economie Tags:
Pages: 1 2 3 Suivant