La Banque du Canada redoute un impact du Japon sur la croissance

Dans un communiqué, la Banque du Canada souligne que l’économie a connu une progression de 4,2 % durant la période s’étant de janvier à mars, mais qu’elle devrait connaître un déclin prévu à 2,0 % durant le printemps. Selon les premiers recoupements d’informations, la raison se cachant derrière cela est incontestablement les dernières catastrophes survenues sur le territoire nippon.

Pour la Banque du Canada, ces derniers expliquent grandement le présent ralentissement. La tragédie japonaise, qui prive actuellement de composantes la majorité des usines d’assemblage d’autos, devrait donc réduire le rythme de croissance de l’économie au deuxième trimestre et cela, d’environ 2,0 %. Cependant, l’institution bancaire reste optimiste et laisse entendre que cette période devra vraisemblablement disparaître dans les trimestres qui suivront.


Selon le scénario économique proposé par la Banque du Canada, le rythme de la croissance devrait connaître une augmentation se situant aux alentours de 2,7 % durant les 12 mois suivants suivant le ralentissement, pour atteindre au final une expansion évaluée à 2,9 % cette année et à 2,6 % en 2012. À noter que ce scénario repose sur deux hypothèses. La première se base sur le fait que le dollar canadien s’échangera aux environs de 1,03 dollars US, tandis que la seconde s’appuie sur le cours du baril de pétrole, qui devrait tourner autour des 103-109 dollars US durant la période de ralentissement. Ces derniers sont nettement plus élevés, comparativement aux hypothèses utilisées par la Banque du Canada pour son scénario datant du mois de janvier.

Il est important de rappeler que la Banque du Canada ne possède actuellement pas de cours cible. En ce qui concerne le huard, cette institution projette son taux de change présent, tandis que pour le prix du brut, elle s’appuie sur la valeur des contrats à terme.

 

Ajouter un commentaire