La Corporation des Propriétaires du Québec veut des hausses de loyer

CORPIQ
La CORPIQ (Corporation des Propriétaires Immobiliers du Québec) souhaite que le gouvernement révise sa position quant à la hausse des loyers de propriétés résidentielles.

Un sondage réalisé pour la Corporation par l’Observateur révèle que seulement 12,8% des locataires déménageront en 2011 et que 40% des locataires sont en location depuis plus de 10 ans. Au Québec, la durée moyenne avant qu’un locataire ne quitte son logement est de 8 ans.


L’impossibilité pour les propriétaires de mettre à niveau les bas loyers inquiète la CORPIQ. En effet avec la hausse importante des taxes (surtout à Montréal) et des coûts croissants reliés à l’entretien d’un immeuble, le propriétaire est en net désavantage. Le seul moyen d’augmenter un loyer de façon importante est de faire des rénovations, mais là encore beaucoup de locataires refusent que leur propriétaire entre pour rénover leur appartement, justement pour ne pas qu’il augmente le loyer l’année suivante.

En plus, lors d’une cession de bail ou d’une reprise par un nouveau locataire, ce dernier peut se renseigner sur le dernier loyer mensuel pratiqué et invoquer le Règlement sur les critères de fixation de loyer pour ne pas recevoir une hausse importante de loyer.

Imaginons que le gouvernement décide de changer les règles de la Régie du Logement concernant les hausses de prix des locations (et ca va venir). Conséquence immédiate : Les loyers monteraient en flèche (ou dans la mesure du possible) pour se remettre à niveau par rapport à d’autres grandes métropoles. Le prix des habitations augmenterait lui aussi rapidement car le bien immobilier aurait automatiquement plus de valeur à la revente. Revers de la médaille pour les locataires qui n’ont pas les moyens : ceux-ci devraient quitter leur appartement et s’éloigner du centre-ville ou des quartiers en demande.

 

 

Ajouter un commentaire