La FED contraint la BMO à renforcer ses mesures contre le blanchiment d’argent

Récemment, la BMO s’est vue demander par la Réserve Fédérale américaine d’accroître du simple au double les mesures de détection et de prévention du blanchiment d’argent, au niveau de ses branches sises aux USA, après constatation de failles dans le programme de conformité d’une succursale de la Banque de Montréal de Chicago.

Un engagement à se mettre aux normes


Un accord a été écrit et signé entre la FED et la BMO, pour que l’institution canadienne s’engage à rendre plus stricte sa méthode pour combattre le blanchiment d’argent.

C’est dans la journée de vendredi que le document a été publié au grand jour. Il souligne entre autres que la branche américaine de la Banque de Montréal présente des failles au niveau de son suivi interne, par rapport aux activités de la banque.

La BMO n’est pas la seule institution visée par lasses autorités américaines dans ce type d’affaires ; elles mettent en place des mesures strictes de manière à déceler les opérations suspectes et illégales des personnes, ainsi que pour affermir la lutte contre le blanchiment d’argent.

Le blanchiment d’argent, un sujet sensible et qui coûte cher

Quant aux points à améliorer au niveau de la BMO dans le cadre de cette lutte contre le blanchiment d’argent, le représentant de la FED ne les a pas exprimés en public.

De son côté, la banque canadienne a affirmé par le biais d’un porte-parole que des procédures de mise en conformité ont été mises en place et qu’elle met tout en œuvre pour être au diapason avec les exigences des pays où elle est implantée.

C’est après les attentats du 11 septembre 2001 que ces normes contre le blanchiment d’argent se sont raffermies. Selon les estimations de l’agence de notation Fitch, les banques affecteront un budget beaucoup plus important à cette lutte contre le crime. Avant la BMO, l’on a assisté à des réprimandes plus sévères, adressées à JP Morgan et Citigroup concernant le blanchiment d’argent. HSBC, quant à elle, a dû payer une amende évaluée à 1,92 milliard USD pour une affaire analogue, qui date de plusieurs années déjà.

Ajouter un commentaire