Le gouvernement du Québec renforce sa lutte contre le téléphone au volant

Téléphoner au volant est dangereux autant pour le conducteur que pour les autres automobilistes. Le gouvernement québécois annonce ainsi des mesures encore plus restrictives pour lutter contre ce genre de comportement.

Les points d’inaptitude passent de 3 à 4


Annoncé courant avril, le passage des points d’inaptitude de 3 à 4 est désormais effectif. Il pénalisera les conducteurs utilisant leur téléphone au volant et devrait mieux les sensibiliser quant aux risques qu’ils font courir aux autres sur les routes. Le ministre des Transports québécois, Robert Poëti, a d’ailleurs affirmé que le téléphone réduisait fortement la concentration au volant et représentait un danger pour tous les automobilistes. L’augmentation des 4 points d’inaptitude se veut ainsi un moyen d’inciter tout un chacun à la prudence. C’est d’autant plus important que le nombre de conducteurs téléphonant au volant est passé de 42 613 en 2009 à 66 660 en 2014, soit une augmentation sans cesse croissante depuis l’entrée en vigueur de la loi empêchant l’utilisation du téléphone au volant en 2008.

La Société de l’assurance automobile du Québec salue la décision du gouvernement

La SAAQ ou Société de l’assurance automobile du Québec s’est réjouie de l’augmentation des points de pénalité. Un sondage réalisé par la société il y a quelques mois révèle que les conducteurs sont du même avis. 79 % pensent que des sanctions plus sévères doivent être appliquées aux personnes téléphonant au volant tandis que 93 % souhaitent des mesures plus strictes pour celles envoyant un message texte tout en conduisant. La quasi-totalité des personnes interrogées dénonce par ailleurs l’envoi de message au volant comme étant un comportement dangereux.

Source: Autonet ; image : Telegraph

Ajouter un commentaire