Le Québecois, citoyen le plus taxé en Amérique du Nord

En dépit des nombreux efforts gouvernementaux depuis 2003, le Québec demeure la province affichant le plus important taux d’imposition du Canada… et de toute l’Amérique du Nord.

Plus taxé que n’importe quel Nord-Américain


Lors de son ascension au pouvoir en 2007, le parti libéral a promis au Québecois de réduire nettement leur participation fiscale, un sujet épineux dans la province depuis 2003. Cinq ans ont depuis écoulé, mais peu de choses ont changé. Les contribuables de la région versent encore 39 % de leurs revenus annuels aux gouvernements. Ce taux d’imposition est nettement plus élevé par rapport à la moyenne du pays, à 32 %. Les Américains eux-mêmes paient moins cher, avec 24 % de taxes, tout comme les citoyens de l’OCDE, 34 %.

Le taux d’imposition marginal du Québec s’élève en outre à 48,2 %. L’Ontario est la seule région qui s’en rapproche, avec 46,4 % de taxes fédérales et provinciales. La situation risque par ailleurs de persister, voire de s’aggraver à partir de 2013, prévient l’économiste Pierre Fortin. La fiscalité des ménages québécois risquerait en effet de s’alourdir sous l’effet de la hausse des impôts sur l’essence, l’augmentation des participations sociales et la revalorisation de la TVQ.

Une province plus… sociale

La lourde fiscalité imposée par le gouvernement du Québec pénalise certes les plus hauts revenus, mais protège dans une certaine mesure les ménages les plus démunis. Les économistes voient ainsi dans la politique fiscale de la province un vrai choix de société, visant à améliorer la condition de vie et l’existence sociale de la majorité des citoyens. Les faits sur le terrain attestent cette thèse : les frais de scolarités dans la région sont nettement moins élevés, le congé parental est plus avantageux et les contributions pour les garderies sont réduites…

source : lapresse

Ajouter un commentaire