Les Canadiens contraints d’utiliser leurs épargnes pour les charges imprévues

La crise sévit aussi dans les États nord-américains. En effet, une étude initiée par le groupe financier BMO indique que les ressources disponibles pour la majorité de la population canadienne restent insuffisantes.

Utiliser l’épargne pour les imprévus


La population canadienne voit sa situation financière se dégrader à cause de la crise. Le troisième numéro de l’enquête de BMO Groupe Financier pour le compte de cette année a permis de savoir que les revenus des Canadiens sont trop justes et le budget familial est mis à mal en cas de dépenses non prévues. La firme note que 68 % des individus ayant participé à ce sondage reconnaissent avoir utilisé leurs épargnes pour payer ces charges exceptionnelles.

Les Canadiens n’ont pas pu épargner davantage

Or, le sondage du groupe BMO démontre Canadiens ont certes épargné, mais les réserves n’ont pas suffi pour couvrir les charges imprévues. D’après les conclusions de cette étude, 58 % des personnes interrogées se sont retrouvées dans cette situation. L’entreprise financière indique par ailleurs qu’un peu plus d’un Canadien sur deux (51 %) disposaient de moins 10 000 dollars en plus de leurs revenus pour faire face aux imprévus. Ce montant ne s’était élevé qu’à 1000 dollars pour 17 % des épargnants.

Comment comptent-ils s’en sortir ?

Les initiateurs de cette étude ont également cherché à savoir quelle résolution allaient adopter les Canadiens pour faire face à leurs difficultés financières une fois leurs réserves épuisées. D’après la société BMO, 41 % des sondés comptent gagner un peu d’argent en vendant leur voiture ou des bijoux. Ces personnes n’hésiteront pas à demander un soutien financier à l’un de leurs proches. Cette enquête révèle par ailleurs que certains consommateurs entendent se servir de leur marge de crédit pour payer les charges non prévues.

source

Ajouter un commentaire