Les Canadiens peinent à rembourser leurs dettes

Une récente étude menée par la Banque CIBC révèle les difficultés rencontrées par les Canadiens dans le remboursement de leurs dettes. Entre manque d’argent et dégradation des conditions financières, les paramètres ralentissent sérieusement la liquidation de leurs créances.

Les Canadiens s’enlisent dans l’endettement


Depuis maintenant trois ans, la majorité des Canadiens se disent très préoccupés par leur niveau d’endettement, un sentiment que partagent également les dirigeants du pays. Beaucoup se sont même fixé comme priorité le remboursement de leurs dettes, en partie ou en totalité, à court terme. Un sondage mené par Harris/Decima, à la demande de CIBC, laisse clairement ressortir le contraste cinglant entre les envies de remboursement des ménages endettés et leur situation réelle. Près de la moitié des foyers interrogés s’estiment en effet toujours aussi endettés que l’année dernière, voire pire. Plus de 21 % des personnes interrogées observent un alourdissement de leurs arriérés en 12 mois. Seuls 29 % disent avoir stabilisé leur niveau d’endettement sur la même période. Le rapport signale néanmoins une baisse significative du montant des dettes de 49 % des sondés.

Pas d’argent, aucun remboursement

Plusieurs motifs peuvent expliquer la stagnation du niveau d’endettement des Canadiens. Les foyers interrogés par CIBC, évoquent eux, en premier lieu le manque d’argent. 29 % des personnes interrogées ont opté pour cette réponse. Une partie des ménages, 12 %, cite des dépenses imprévues, suffisamment importantes pour peser sur leur capacité de paiement. La situation de ces foyers semble paradoxale, sachant que très peu de familles, 6 % plus précisément, souhaitent solliciter les conseils de leur banque sur le remboursement des crédits. Or, en agissant ainsi, les Canadiens passent à côté de judicieux conseils émanant d’un professionnel sur les différentes possibilités d’échelonner le remboursement de leurs dettes ou d’établir un plan de financement adapté à leur situation.

Ajouter un commentaire