Les nouvelles obligations des banques canadiennes envers leurs clients

Selon l’affirmation du ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, les banques canadiennes donneront à leurs clients plus d’information au sujet des risques relatifs aux hypothèques subsidiaires, aux actes de procuration, et aux comptes de dépôt conjoints.

Quel que soit le type de prêt souscrit auprès d’une banque, il convient toujours de connaître toutes les informations relatives à chaque opération bancaire. Toutefois, certains emprunteurs sont mal et/ou non informés. Faute de précision et manque d’information, certains emprunteurs ont la désagréable surprise de voir leurs biens menacés de saisie, notamment lorsqu’il s’agit d’un prêt hypothécaire.


Pour protéger les consommateurs contre d’éventuels risques liés aux hypothèques subsidiaires, aux comptes dépôts conjoints ainsi qu’aux procurations, les établissements bancaires canadiens sont désormais tenus d’informer davantage leurs clients. Cette décision émane directement du ministère des Finances dirigé par Joe Oliver.

D’ici la fin de l’année, les renseignements concernant ces transactions bancaires seront consultables sur les sites internet de toutes les banques canadiennes afin de permettre aux clients de mieux gérer leur situation. Toutes les mesures nécessaires sont déjà en cours d’exécution. Par ailleurs, cette publication ne suffit pas. Elle sera en effet renforcée par la distribution de flyers dans les succursales de chaque banque pour une sensibilisation optimale. D’autres supports viendront les compléter si besoin est.

Outre ces premières démarches, le ministre fédéral des Finances Joe Oliver a également affirmé qu’une formation sera nécessaire au sein de chaque banque canadienne. Étant les principaux interlocuteurs des clients, tous les personnels en charge des différentes transactions bancaires (gestionnaires de comptes, service client…) seront formés pour faciliter les échanges entre les deux parties.

Selon M. Oliver, toutes ces mesures ont été mises en place afin que les nouveaux produits financiers existants sur le marché soient plus transparents.

source : affaires lapresse

 

Ajouter un commentaire