Les Québécois peu soucieux de la protection d’assurance

L’assurance est en bas de la liste des préoccupations des Québécois. Toutefois, il est évident qu’une prévention de risques est indispensable.

Peu préoccupés par les risques et l’assurance


D’après une étude réalisée par TD Assurance, il a été démontré que pour les Québécois, beaucoup d’activités sont bien plus importantes que le fait de se pencher sur leur protection d’assurance. Ce même sondage s’est également attardé sur l’aptitude des Québécois à analyser les risques qui les entourent. De manière générale, ces derniers ont tendance à sous-estimer et à ignorer ces risques. Par exemple, 72 % d’entre eux ne pensent pas que les risques d’entrée par effraction chez eux soient importants. Et pourtant, les chiffres de Statistique Canada indiquent qu’il y a 1 risque sur 200 qu’une entrée par effraction se produise chez un particulier.

Des craintes qui se cachent derrière le déni

D’après les analyses du médecin qui a encadré ces recherches de la TD Assurance, Edwin Weinstein, ce comportement des Québécois démontre l’aversion de ces derniers à imaginer ou envisager des situations négatives, bien qu’il existe bien des risques que ces scénarios se produisent. Il est important de noter que le Dr Weinstein est psychologue et préside le Brondesbury Group, organe spécialisé dans la recherche. Le vice-président de la TD Assurance, Jean Roy, invite toutefois les Québécois à discuter de ces risques pour établir des solutions de protection. Il ajoute d’ailleurs que bien que le fait de voir la vie positivement soit une bonne chose, il reste important de se préparer à tous les évènements. Cela peut alors concerner les risques de cambriolage, d’incapacité à payer les créanciers et bien d’autres encore.

Ajouter un commentaire