L’immobilier au plus haut et les taux d’intérêt qui vont monter

Selon un article du conseiller financier Fabien Major, la période actuelle est le pire moment pour investir dans l’immobilier au Canada. Mieux, être locataire serait bien plus intéressant que d’être propriétaire, en témoigne la courbe d’écart-type du ratio prix par loyer résidentiel au Canada.

location-ou-proprietaire


Il n’est pas difficile de voir que le marché immobilier canadien est surévalué : les prix n’ont jamais cessé de monter au cours des dernières années et ce malgré une crise économique majeure en 2008. Le gouverneur de la banque du Canada Mark Carney a récemment lancé un avertissement aux canadiens (qui au passage sont surendettés) car des villes comme Vancouver sont en situation de surchauffe. Des prix démesurés pour des condos ajoutent encore un peu plus d’indices qui montrent une surévalutation du marché immo.

Au Québec, au premier trimestre 2011, le nombre de ventes a chuté de 11% (14 745) et le délai de la transaction s’est allongé de 5 jours à 87 jours, selon Centris. Si l’on regarde du côté des plex de 2 à 5 logements, le nombre de ventes a connu une baisse beaucoup plus marquée (-16%).

A Montréal, regardant moi-même pour acheter un duplex/triplex, je n’ai pu que constater au cours des derniers mois une hausse des prix généralisée (certains quartiers/rues avec moins de potentiel ont des prix presqu’aussi élevés que des quartiers plus agréables à vivre) avec une baisse de la qualité des offres. En bref, on ne trouve plus de belle offre mais seulement des propriétés immobilières passables et trop chères. Les propriétaires voyant leur voisin lister leur maison à des prix de fou, l’imitent. Mais attention, prix affiché ne veut pas dire prix effectivement vendu.

Malgré la bonne tenue de l’économie canadienne, il ne devrait pas y avoir de hausse de taux avant septembre. Personne ne peut prédire quand cette hausse va avoir lieu exactement, à cause de la situation internationale, mais quand les taux vont monter, un début de panique risque de souffler dans la population.

 

Ajouter un commentaire