Poloz semble peu affecté par la décision de la FED

Le gouverneur de la Banque du Canada a affirmé sur une chaîne télé locale que la Réserve Fédérale des États-Unis a décidé de réduire ses acquisitions d’actifs. Cela aura une répercussion sur les taux d’intérêt, mais pas sur l’économie nationale.

Pour l’été à venir, l’on devrait s’attendre à une hausse des taux d’intérêt à long terme, d’après les dires du gouverneur Stephen Poloz. Ce gouverneur de la Banque du Canada a ajouté toutefois que cela ne devrait pas avoir de grandes incidences sur l’économie du pays.


C’est sur une chaîne de télévision canadienne qu’il l’a annoncé, au cours de l’émission The Lang and O’Leary Exchange. Il a affirmé alors que la FED allait poursuivre peu à peu la diminution de ses aides, entraînant ainsi une augmentation importante de la pression au niveau des rendements des obligations.

La FED a en effet averti de sa décision, de réduire à 75 milliards USD ses acquisitions d’obligations mensuelles, tout en soulignant le fait qu’elle prendra en compte certains indicateurs comme le niveau du chômage aux États-Unis avant de décider d’autres mesures à prendre.

Cette accalmie des aides de la FED aurait donc une incidence sur les taux hypothécaires sur le long terme au Canada, et ce, même en l’absence d’un ajustement du taux directeur venant de la Banque du Canada.

M. Poloz a stipulé par contre que le marché immobilier amorce peu à peu une inflexion, et c’est pour cela que l’économie du Canada ne devrait pas en subir de lourdes conséquences. Par ailleurs, l’on doit également faire baisser l’endettement des ménages vis-à-vis des dépenses de consommation, et orienter la tendance vers les exportations. Rappelons-le, ce sont ces dépenses-là qui ont constitué le pilier majeur de l’économie au cours des récentes années.

Ajouter un commentaire