Québec, un régime fiscal qui ne profite qu’aux fortunés

L’IRIS — Institut de recherche et d’informations socio-économiques — du Québec a pointé du doigt le régime fiscal appliqué dans cet État. Cette structure indique (IRIS) que les lois en vigueur ne traitent pas les contribuables de la même manière.

Les simples salariés lésés


Les chercheurs de l’IRIS notent dans les conclusions d’une étude qu’ils ont publiée dernièrement que le système fiscal en place dans la région ne favorise pas les contribuables dont le salaire constitue leur seule source de revenus. Ces techniciens déplorent que ce soient les nantis, c’est-à-dire, ceux qui perçoivent des rentes en plus des rémunérations de leur travail qui jouissent des avantages du dispositif fiscal en vigueur. Les membres de l’IRIS notent que si le fisc applique les mêmes règles à tous les Québecois, le trésor public gagnerait 960 millions de dollars supplémentaires.

Un dispositif complexe

Les auteurs de cette enquêtent mettent en cause la nature trop complexe du système d’imposition appliqué dans la région. Ces chercheurs évoquent en particulier les déductions fiscales accordées aux contribuables recevant plus de 70 000 dollars par an. Les techniciens de l’IRIS notent qu’il est impossible d’atteindre un tel niveau de revenus avec les seules ressources salariales du simple Québécois. Ceux-ci trouvent également inadmissible que le salaire soit plus taxé que les autres recettes des ménages.

Plus de marge de manoeuvre

Les riches contribuables québécois ne peuvent que profiter de cette manne fiscale. Les chercheurs de l’IRIS dénoncent que certains rentiers se livrent même à des montages divers pour exploiter toutes les lacunes du système. Le mari peut par exemple transférer à sa conjointe qui est sans emploi une partie non négligeable de ses ressources financières. Cette pratique permet aux contribuables d’éclater le foyer fiscal et de faire baisser les impôts.

source : ledevoir

Ajouter un commentaire