Questions-Réponses sur l’Assurance au Québec : mythes et réalité

Les Québécois, d’après un rapport 2011 de TD Assurance, fondent majoritairement leurs connaissances du monde de l’assurance sur les mythes et les rumeurs circulant sur Internet et dans le cercle de leurs proches.

Parmi les mythes les plus tenaces, les voitures deux portes rouges coûteraient plus cher à assurer, une assertion totalement fausse lorsqu’on sait que la couleur n’est jamais prise en compte , au contraire de critères comme l’utilisation effective du véhicule ou son âge. Que les Québécois se rassurent, les contraventions de stationnement n’entrent pas non plus dans le calcul de la prime d’assurance. En revanche, ne pas demander d’indemnisation pour ses accidents de voiture n’est pas conseillé car les primes peuvent quand même augmenter, surtout si l’assureur est mis au courant par une autre source.


On note aussi que selon un tiers des Québécois, l’assurance voyage n’est nécessaire qu’en sortant du Canada alors qu’en réalité, l’assurance maladie québécoise ne protège pas entièrement le voyageur dans les autres provinces.

Autre vérité : les biens volés ou détériorés ne sont jamais remplacés au prix du neuf, sauf si l’option valeur à neuf a été souscrite avec l’assurance habitation. Il est donc important de sécuriser sa résidence, d’autant plus que certains équipements de sécurité contribuent à diminuer la prime d’assurance. Mais attention, avant d’entreprendre des travaux sur sa propriété, il faut toujours vérifier que les entrepreneurs disposent d’une assurance, sans quoi c’est le propriétaire qui serait tenu responsable de l’accident.

Enfin, et malgré ce que beaucoup diront, l’assurance-vie concerne chacun de nous, ne serait-ce que pour couvrir les frais des obsèques. De plus il faut savoir qu’elle ne sert pas juste aux personnes qui ont des enfants.

Autres faits en vrac : La contravention de stationnement n’augmentera pas la prime d’assurance (ouf!).

Ajouter un commentaire