Les québécois ont de plus en plus de mal à payer leurs hypothèques

Conjoncture économique oblige, austérité, hausse des tarifs et j’en passe. Le coût de la vie est de plus en plus dur pour les emprunters au Québec si l’on en juge par ce nouveau record de retards de paiements. Un sommet depuis 2010, ce n’est pas forcément bon signe…

JLR


Alors que les mois de janvier et février 2015 étaient dans la norme et que les délaissements (2) sont à la baisse, on assiste à une augmentation préoccupante des préavis d’exercice (1), un record depuis 5 ans, selon l’étude de JLR.

« En mars 2015, 948 préavis d’exercice émis et publiés au Registre foncier ont été dénombrés, soit une augmentation de 17,9 % par rapport à mars 2014. Cette hausse est largement supérieure à celle notée au mois dernier. Un tel sommet n’avait pas été atteint depuis les 981 préavis enregistrés en mars 2010. Sur une période de 12 mois, le nombre de préavis d’exercice enregistré a grimpé à 9801. Il s’agit d’une hausse de 7,0 % relativement à la période d’avril 2013 à mars 2014. »

Distribution des préavis d’exercice et délaissement depuis 2013, selon la région administrative :

regions

DÉFINITIONS :

1. Préavis d’exercice : Avertissement par lequel une personne porte à la connaissance d’un autre individu son intention d’exercer son recours quant à l’exercice de son droit hypothécaire (prise en paiement, vente sous contrôle de justice, vente par le créancier et prise de possession à des fins d’administration). Les préavis pour défaut de paiement d’impôts fonciers ne sont pas inclus

2. Délaissements : Il s’agit soit d’un immeuble hypothéqué abandonné volontairement au profit de son créancier hypothécaire (prêteur), d’une dation en paiement volontaire ou d’un jugement qui ordonne le délaissement (forcé) d’un immeuble suite au défaut de paiement de la créance.

Ajouter un commentaire