Les taux d’intérêt vont rester bas au Canada

Les taux d’intérêt vont resterstephen-s-poloz au plancher pendant un certain temps au pays : c’est le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz qui vient de faire cette déclaration devant l’Association des économistes québécois mardi dans la ville de Québec. Cette mesure a pour objectif de relancer la croissance économique au Canada.

Mais cela a aussi deux conséquences pour les québécois et canadiens, l’une positive et l’autre négative.


Pour ceux qui ont des prêts hypothécaires sur leurs maisons, condos ou plex ce genre de discours est plus que bienvenu car il enlève un certain stress dû à une hausse tant redoutée des taux, chose qui n’arrivera pas de sitôt si l’on en croit les dires de Poloz. Les particuliers qui ont une hypothèque à taux variable peuvent encore plus apprécier sa déclaration.

maison dorvalIl faut rappeler que le taux directeur de la Banque du Canada est à 0,5% depuis le mois de juillet 2015. Il n’a jamais été relevé depuis.

Soulignons que les taux d’intérêt sont bas depuis la crise financière de 2008. A l’époque les taux des banques pour les prêts sur une maison tournaient autour de 5 à 6% alors qu’en 2016 ils sont entre 2 et 3%, dépendant de la durée et si l’on prend variable ou taux fixe.

retraiteD’un autre côté, des taux d’intérêt bas auront un impact négatif direct sur l’épargne des personnes âgées qui souhaitent profiter des fruits de leurs placements quand ils arrivent à leur retraite. Des petits taux impliqueront des petits profits. Déjà que certains retraités ont du mal à joindre les deux bouts, une annonce de taux plancher pour plusieurs années n’a rien de réjouissant pour eux.

Les jeunes seront aussi impactés, moins directement certes, mais ils devront mettre plus d’argent de côté et sur une plus longue durée en prévision de leur retraite.

«Les gens disent craindre, et avec raison, de ne pas pouvoir vivre de leur épargne. Je compatis à leurs inquiétudes, que je peux très bien comprendre», a déclaré Poloz.

Notons également que dans un tel contexte économique les compagnies auront aussi moins de rendement sur leurs investissements.

«un rendement de 4 % sera plutôt bon en fin de compte dans le contexte actuel»

Ajouter un commentaire