Un tiers des Québécois ignore le phénomène de l’inflation

Terme utilisé quotidiennement pour désigner la diminution du pouvoir d’achat et l’augmentation du coût de la vie, l’inflation est un mot qu’un tiers des Québécois ignore selon des études menées par des chercheurs de l’Université de Montréal, au Canada.

La littératie financière frappe au Québec


Avec le taux d’endettement qui ne cesse de faire rage au Canada, des chercheurs de l’ESGU de Québec (École de recherche en analyse organisationnelle) ont décidé de réaliser des sondages auprès des habitants des provinces canadiennes pour comprendre s’ils connaissent la vraie signification de l’inflation. D’après les études des deux chercheurs du CIRANO, Pierre-Carl Michaud et David Boisclair, ainsi que la célèbre économiste Annamaria Lusardi, moins de la moitié des personnes sondées de moins de 35 ans comprend la véritable signification du phénomène de l’inflation.

Les sondages menés en mai 2012 ont été composés de trois questionnaires ouverts. La deuxième question se basait sur de simples calculs basiques de type : « un compte épargne de 100 $ avec un taux d’intérêt de 2 % par an vaudra combien après 5 ans ». Les réponses sont au choix : a) plus de 102 $ ; b) 102 $ ; c) moins de 102 $ ; ou d) je ne sais pas. D’après les statistiques, seulement 22 % des sondés ont trouvé la bonne réponse (a). Le taux d’échec a ainsi dépassé de plus de 25 % au Québec et dans les autres provinces canadiennes.

Le troisième sondage se basait sur une simple question de réflexion avec un « oui » ou un « non », mais au final, seulement 42 % de la population canadienne ont réussi les trois tests proposés. Ces résultats sont comparables aux études similaires réalisées en Europe, aux États-Unis et au Japon.

Ajouter un commentaire