Une entente de principe pour indemniser les clients de MBNA et de la Banque Royale

RBC-Banque-Royale

Concernant certaines pratiques abusives de banques canadiennes envers leurs clients, une entente de principe a été signée entre elles et Option Consommateurs pour indemniser les consommateurs victimes de ces pratiques.


Il est bien fâcheux pour un consommateur de découvrir que du jour au lendemain la limite de sa carte de crédit a augmenté de 2000 dollars. Et pourtant, les banques s’adonnaient délibérément à cette pratique jusqu’en 2010, ayant ainsi entraîné le niveau d’endettement de milliers de personnes à la hausse et sans qu’ils n’y consentent. Cette pratique va à l’encontre de la loi sur la protection des consommateurs.

Option Consommateurs lutte d’ailleurs depuis 2003 pour éradiquer ce genre d’abus. À travers des recours collectifs, l’association a pu dénoncer plusieurs pratiques malsaines des banques, en particulier la MBNA et la Banque Royale. Parmi les charges contre lesdites banques, l’on peut trouver l’augmentation de la limite des cartes de crédit sans consentement des consommateurs, l’application de frais pour avance de fonds et pour dépassement de limite de crédit, ainsi que le non-respect du droit des consommateurs pour solder leur crédit en 21 jours.

Une entente de principe a alors été signée par les banques concernées et Option Consommateurs, qui vise à indemniser les consommateurs victimes de l’une ou plusieurs de ces pratiques abusives et qui sont toujours clients de ces banques à ce jour. D’après certaines associations de défense des consommateurs, ce sont environ 26 millions de dollars qui seront à partager entre les victimes, une fois que les frais d’avocats et l’indemnisation indirecte seront prélevés. Si l’on estime à environ un million de personnes le nombre de victimes de ces pratiques au Québec, Option consommateurs pense que l’indemnité devrait être supérieure ou égale à 12 dollars par personne.

Source : protégez-vous

Ajouter un commentaire